Maroc

Portail Maroc

Lazare, l'un des derniers poilus,
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers » Commémoration du 11 novembre Dossiers » Commémoration du 11 novembre
Lazare, l'un des derniers poilus, "porte le souvenir" de ses camarades
Lazare Ponticelli, l'un des derniers "poilus" pose le 06 novembre 2006 à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre à Paris (© AFP/Archives - Olivier Laban-Mattei)
Cliquer pour agrandir
LE KREMLIN-BICÊTRE (AFP) - A bientôt 109 ans, Lazare Ponticelli, un des cinq derniers "poilus" vivants, veut "porter le souvenir de (ses) camarades" morts au front, lui dont la vie s'apparente à un roman.
Le dernier légionnaire survivant de la Première guerre mondiale, qui auparavant "n'aimait pas du tout les honneurs" selon sa fille, tient à tout prix, malgré une bronchite qui l'a laissé fatigué, à participer samedi aux cérémonies du 11 novembre au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), où il habite. "J'espère porter le souvenir de mes camarades" morts au front, dit-il.

Pour lui, le travail de mémoire s'est mis en place trop tardivement. "Ils auraient dû faire ça avant que les gens ne soient morts et ne puissent plus parler", regrette-t-il.

Soucieux de témoigner - ce qu'il a fait en racontant la guerre de 1914-1918 dans les écoles -, Lazare Ponticelli est fier de raconter son parcours. Celui d'un petit Italien parti tout seul de son village natal, près de Bettola (nord de l'Italie), à 9 ans et demi, pour fuir la misère et gagner le "paradis" - la France - et qui a fondé une entreprise présente sur de gros chantiers à l'étranger.

Lazare Ponticelli n'a pas 17 ans quand il s'engage en 1914 dans les rangs du 1er Régiment de marche de Sidi-Bel-Abbès (Légion étrangère). Un mois de classes et le voilà au front, "à Soissons, en deuxième ligne", puis en Argonne.

"A la première attaque, sur la cote 707/708, on a été décimé immédiatement car on n'avait pas de tranchées", se souvient-il. "Les Allemands en avaient, pas nous". C'est lui qui "fait le premier pansement" à son frère Céleste, blessé. Ceux qui n'étaient pas tombés ont été "ramassés et on nous a expédiés à Verdun".

C'est là, au fond des tranchées, au milieu "des rats qui se baladaient", qu'il sera rattrapé par l'Italie en 1915. "On appelait +Ponticelli Lazare, Ponticelli Lazare...+ On faisait suivre le nom dans les tranchées. On me demandait au poste de commandement". Il y apprend que, comme tous les Italiens engagés dans l'armée française, il doit partir combattre sous le drapeau transalpin après l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de la France.

C'est donc comme chasseur alpin, de l'autre côté de la frontière, qu'il poursuivra la guerre, se battant contre les Autrichiens. De ce long conflit, dont il est sorti indemne excepté une blessure à la joue, il a retenu une chose: "vous tirez sur des pères de famille, c'est complètement idiot la guerre".

Revenu en France, il lance en 1921 avec deux de ses frères une entreprise de montage et d'entretien de cheminées d'usine, dont les activités vont s'étendre au montage-levage, particulièrement dans le secteur du raffinage du pétrole, puis à la tuyauterie. La société Ponticelli Frères existe toujours et compte 2.000 salariés pour un chiffre d'affaires (2005) de 300 millions d'euros. Elle intervient sur de gros chantiers, comme en Angola avec Total.

L'ancien légionnaire, qui fêtera ses 109 ans le 7 décembre, suit attentivement l'évolution des marchés financiers. "On parle de la bourse pendant des heures", dit sa fille, et "depuis 2000, il ne parle qu'en euros".

S'il évoque avec fierté ses médailles, conservées dans une boîte à chaussures, Lazare Ponticelli a refusé les funérailles nationales prévues pour le dernier des 8,5 millions de poilus. "Je leur ai dit +ce serait un affront pour les gens qui sont morts+".

Publié le: 11/11/2006 à 06:07:03 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Jacques Chirac et un poilu de 107 ans sous l'Arc de Triomphe

» Un des quatre derniers "poilus" sous l'Arc de Triomphe,...

» Quatre derniers poilus représentent 8,5 millions de...

» Un "poilu" sous l'Arc de Triomphe, une présence...

» Le plus vieux poilu meurt à 111 ans, la veille du 11...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz