Les ventes de la presse française ont reculé 1,9% en 2008

PARIS (AFP) - Les ventes de la presse grand public française ont reculé de 1,9% en 2008 par rapport à 2007 dans un paysage de crise marqué toutefois par la résistance de la presse hebdomadaire régionale, de la presse du dimanche et des news magazines, selon les chiffres de l'OJD publiés mardi.

Un kiosque à journaux à Paris (© AFP/Archives - Hocine Zaourar)
En 2008, quelque 4,46 milliards d'exemplaires ont été vendus en France, la presse quotidienne nationale représentant 12% des ventes réalisées, la presse quotidienne régionale et départementale 36%, la presse magazine 44% et la presse professionnelle et technique 1%.

"Nous observons une tendance baissière mais contenue" malgré la crise, a expliqué Sébastien Danet, président de ZénithOptimédia lors de la présentation des résultats de l'OJD, organime de contrôle de la diffusion de la presse.

En 2007, les ventes n'avaient reculé que de 0,32% par rapport à 2006, à 4,5 milliards d'exemplaires. La presse quotidienne avait notamment bénéficié de l'effet des élections présidentielles et législatives.

La presse magazine a reculé en 2008 de 2,8%, la presse quotidienne de 1,6%, la presse technique et professionnelle de 15,9%. La presse quotidienne du 7e jour (celle du dimanche) n'a que légèrement baissé (-0,5%) tandis que la presse hebdomadaire régionale a progressé de 1,4%, un bon résultat qui s'explique par l'appétit pour l'information de proximité lors des élections municipales de 2008.

La diffusion de la presse quotidienne (nationale et régionale) est passée sous la barre des 7 millions d'exemplaires vendus chaque jour de la semaine.

La presse magazine est restée au-dessous des 2 milliards d'exemplaires, sa diffusion baissant "mécaniquement du fait d'un solde négatif du nombre de titres", selon l'OJD. Au sein de cette même famille la situation est contrastée avec, sur la période 2003-2008, une bonne santé des magazines féminins notamment haut de gamme, de la presse people, qui connaît une croissance continue, et des news magazine, notamment "en raison de la peopolisation de la vie politique".

La presse économique progresse, signe que les lecteurs "ont besoin d'information économique en temps de crise" mais la presse financière et patrimoine pâtit de cette même crise, selon M. Danet.

Les titres de cuisine, de maison et de décoration se portent bien tandis que la presse télévision subit une baisse.

Les abonnements ont progressé, une tendance "que devraient confirmer les aides au portage" annoncées lors des Etats généraux de la presse, a par ailleurs commenté M. Danet.