UEFA : Platini promet des règles plus strictes sur les finances

COPENHAGUE (AFP) - Le président de l'Union européenne de football (UEFA), le Français Michel Platini, a promis mercredi à Copenhague que l'UEFA allait étudier des règles plus strictes pour garantir le fair-play financier dans les compétitions européennes.

Le président de l'UEFA Michel Platini avant une réunion de son comité exécutif le 24 mars 2009 à Copenhague (© AFP - Keld Navntoft)
"Les clubs qui participent à nos compétitions doivent le faire en respectant des règles claires sur leur gestion comptable", a déclaré M. Platini dans son discours d'ouverture du 33e congrès ordinaire de l'UEFA.

"Pour s'en assurer, nous avons décidé de créer un panel de contrôle financier des clubs qui entrera en action dès cette année", a-t-il poursuivi en référence à la création, annoncée la veille, de ce panel qui sera composé de huit experts et sera chargé de contrôler si les licences de participation aux compétitions européennes ont été correctement accordées.

"Ce n'est qu'un premier pas, car nous étudierons avec vous et vos clubs des règles plus strictes pour garantir la régularité de nos compétitions", a déclaré M. Platini à l'adresse des représentants des fédérations nationales.

"Nous agirons, car c'est une question d'éthique, une question de crédibilité et même une question de survie de notre sport", a-t-il ajouté.

Le président de l'UEFA, en poste depuis 2007, a défini trois autres défis qu'il considère comme "ses priorités pour les prochains mois": l'Euro-2012 en Pologne et Ukraine, le transfert des mineurs et les paris.

En ce qui concerne l'Euro-2012, M. Platini a reconnu que "la situation au niveau organisationnel n'est pas facile pour la Pologne et pour l'Ukraine, elle n'est pas facile non plus pour l'UEFA".

"Mais ces deux pays se donnent à fond et l'UEFA fait également tous les efforts nécessaires pour avancer et nous avançons", a-t-il insisté.

"Toutefois d'après les projections des experts, les bénéfices liés à l'organisation de l'Euro-2012 ne seront probablement pas les mêmes que ceux exceptionnels de l'Euro-2008", a-t-il remarqué.