Scrutin du 7 septembre : le Maroc s'appuie désormais sur une base démocratique

RABAT (MAP) - Les élections du 7 septembre ont porté le Maroc à une étape où le Royaume s'appuie désormais sur une base démocratique et sur ""une société apte à générer, pour le pays, une carte politique à travers ses partis et ses choix"", a affirmé M. Abdelkrim Benatiq, secrétaire général du Parti Travailliste (PT).

M. Benatiq, qui était vendredi soir l'invité de l'émission ""Daïf Khass"" de la deuxième chaîne de télévision nationale 2M, a mis en exergue l'esprit d'""objectivité"" qui avait présidé aux préparatifs du scrutin, soulignant que cette phase, marquée par une ""méthodologie avancée, un grand professionnalisme et un réel respect de la responsabilité"", a fait passer les formations politiques nationales de la situation de ""simples éléments de décor festif"" au statut de partis qui ""fonctionnent en partenaires essentiels pour l'opération politique"".

Concernant le faible taux de participation, M. Benatiq a attribué cet état de fait à divers facteurs, estimant notamment que ""les électeurs n'ont pas senti le changement intervenu sur le champ politique"".

Selon M. Benatiq, les dernières élections ont conduit à un parlement offrant la possibilité de voir se constituer de ""forts et réels pôles"".

""La gauche, avec toutes ses composantes, dispose désormais de 78 sièges alors que la droite et le centre ont leur présence'', a-t-il dit, estimant que les alliances entre partis de gauche peuvent être ""positives"" à condition qu'il y ait ""harmonie idéologique"" entre les éléments du groupe politique.

Le parti travailliste a obtenu cinq sièges lors du scrutin du 7 septembre.