Le procès de sept militants sahraouis reporté au Maroc

CASABLANCA (Maroc) (AFP) - Le procès de sept militants sahraouis a été reporté vendredi par le tribunal de Casablanca, qui se prononcera le 14 janvier sur des requêtes liées notamment aux conditions jugées "tendues" du déroulement du procès, a constaté un journaliste de l'AFP.

Avocats et autres acteurs attendent le début du procès, à Casablanca, le 7 janvier 2011. (© - Abdelhak Senna)
"Le tribunal se prononcera le 14 janvier sur des requêtes de la défense liées notamment aux conditions tendues du déroulement du procès", selon Me Mohammed Sadqo, l'un des avocats.

Les militants sahraouis avaient été arrêtés en octobre 2009 à l'aéroport de Casablanca à leur retour de Tindouf, dans le sud algérien, place forte du mouvement pour l'indépendance du Sahara occidental, le Polisario. Ils sont accusés "d'atteinte à la sécurité intérieure" du Maroc.

Trois sont en détention et quatre -dont une femme, Dakcha Lachguer- laissés libres sont poursuivis mais n'étaient pas présents à l'audience de vendredi.

"Certains avocats ont été intimidés par plusieurs personnes qui ont créé un climat de tension au sein du tribunal", a déclaré à l'AFP le magistrat italien Nicola Quatrano, l'un des observateurs internationaux qui ont assisté à l'audience.

Ces derniers -pour la plupart des magistrats- ont ensuite quitté le tribunal de première instance de Casablanca sous une forte protection policière.

Amnesty International avait appelé en novembre "les autorités marocaines à libérer les trois activistes sahraouis" encore détenus.

Dans un premier temps, le tribunal militaire de Rabat avait poursuivi les militants "pour espionnage", mais s'est déclaré le 25 septembre incompétent. Leur dossier a été transféré devant la chambre correctionnelle du tribunal de Casablanca.

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental a été annexé en 1975 par le Maroc. Le Polisario, soutenu notamment par l'Algérie, réclame un référendum d'autodétermination, sous l'égide de l'ONU.

Le Maroc propose un plan de large autonomie sous sa souveraineté, refusant toute idée d'indépendance.