Obama prévient que le G20 ne résoudra pas tous les problèmes financiers

WASHINGTON (AFP) - Le président américain Barack Obama a dit mardi attendre du prochain sommet du G20 qu'il produise un "cadre" pour régler les problèmes de régulation du système financier, mais a prévenu que Londres ne résoudrait pas tout.

Barack Obama, le 24 mars 2009 à la Maison Blanche (© AFP - Jim Watson)
A l'occasion d'entretiens avec le Premier ministre australien Kevin Rudd à la Maison Blanche, M. Obama a affirmé l'importance d'un "cadre réglementaire" pour les flux de capitaux et les instruments financiers qui pourraient poser un risque pour tout le système.

"Comment on y parvient, est-ce que cela doit être l'affaire de chacun des gouvernements nationaux pour qu'ensuite on coordonne de manière efficace par delà les frontières, quelle doit être la part de ce qu'on déclare publiquement, de la transparence, comparé aux restrictions imposées à ces différents instruments..., je pense que tout cela demande encore du travail", a-t-il dit.

M. Obama a dit que ces questions seraient discutées au sommet du G20 le 2 avril à Londres et qu'il en discuterait auparavant par téléphone avec son collègue français Nicolas Sarkozy.

"J'escompte donc que le G20 produira un cadre pour traiter de toute une série de questions de régulation financière. Toutes ces questions ne seront pas résolues immédiatement. Beaucoup d'entre elles sont extrêmement techniques", a-t-il dit.

"Nous avons confiance, nous allons réussir à stabiliser le système financier de concert avec les autres grandes économies", a-t-il dit.

Alors que le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont plaidé dans une lettre commune récente pour une "nouvelle architecture financière globale", M. Obama a parlé de coordination des politiques nationales, et a souligné que son administration avait commencé à travailler à une nouvelle réglementation.