Le marché du jeu vidéo, en léger recul en 2010, mise sur les portables en 2011

PARIS (AFP) - Le secteur du jeu vidéo a très légèrement reculé en 2010 en France, la baisse du marché physique étant partiellement compensée par les ventes dématérialisées, alors que les consoles portables devraient être les vedettes de 2011 avec un renouvellement de gamme attendu.

Image du jeu vidéo "Castlevania: Lords of Shadow" (© )
Cette industrie a généré sur la période 2,4 milliards d'euros de chiffres d'affaires, a annoncé à l'AFP Georges Fornay, président du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (Sell) et PDG de Sony Computer Entertainment France.

"Si on se limite au marché physique, il est en recul de 5,7% par rapport à 2009, ce qui s'explique notamment par la baisse du prix des consoles", souligne M. Fornay, citant des chiffres compilés par l'institut GfK.

Mais si on ajoute le dématérialisé pour lequel les ventes ne sont pas encore prises en compte, "il est probable que ce recul en valeur globale soit bien moins important", poursuit-il.

Les contenus dématérialisés connaissent un essor depuis plusieurs années, grâce notamment à la généralisation des connexions à haut débit, et permettent d'acheter en ligne des éléments supplémentaires pour des jeux ou même des titres complets.

Sony avait tenté l'expérience du "tout dématérialisé" fin 2009 avec sa PSP GO, dont les jeux ne pouvaient être acquis que sur internet.

Leader du marché depuis plusieurs années, Nintendo a encore conforté son avance en 2010 sur le territoire français, réussissant à écouler 1 million de Wii et 1,4 million de DS, portant leur total à respectivement 5 et 10 millions. Le géant japonais a pris les devants sur cette génération de machines en misant sur des manières de jouer inédites, la détection de mouvements et une interface tactile afin de séduire un public plus large.

"Pour qu'elle continue à grandir, nous considérons qu'il est important pour l'industrie de s'ouvrir à de nouveaux horizons et d'intéresser des personnes qui n'ont peut-être jamais été attirées par le jeu vidéo", résume Stéphane Bole, PDG de Nintendo France.

Ce parti pris a inspiré ses concurrents Sony et Microsoft, qui ont à leur tour lancé leur propre technologie pour faire bouger les possesseurs de leurs consoles de salon.

Lancés peu avant les fêtes de fin d'année, le Move et Kinect ont contribué à permettre à ces machines de réussir leur meilleure année, en termes de ventes, en France depuis leur commercialisation.

Quelque 822.000 Playstation 3 (près de 3 millions au total depuis sa sortie) et 550.000 Xbox 360 (2,2 millions) ont ainsi trouvé preneurs l'an passé et leurs constructeurs espèrent faire encore mieux en 2011.

S'agissant des accessoires, les deux périphériques sont au coude-à-coude avec environ 300.000 acheteurs chacun.

Après que la détection de mouvements a monopolisé l'attention de l'industrie ces derniers mois, 2011 devrait être marquée par le renouveau du jeu nomade.

Nintendo a dégainé en premier avec sa 3DS, une machine portable qui affiche des titres en 3D relief sans paire de lunettes.

Cette technologie, qui s'est fait une place dans les cinémas grâce à des films comme "Avatar", reste encore confidentielle dans le jeu vidéo, la faute aux ventes modestes de téléviseurs compatibles.

Le constructeur japonais espère la démocratiser avec son appareil, annoncé pour le 26 février au Japon et un mois plus tard en Europe (25 mars) et aux Etats-Unis (27 mars).

La riposte de son rival dans ce domaine, Sony, est imminente, selon la revue britannique MCV, qui affirme que le groupe tiendra le 27 janvier une conférence de presse pour présenter sa Playstation Portable 2.