Le luxe et l'horlogerie "durement" touchés par la crise

BALE, Suisse (AFP) - Le secteur du luxe et de l'horlogerie, dont les ventes ont fortement chuté en début d'année, a été "durement" touché par la crise économique et financière, a estimé mercredi le président de Baselworld, plus grand salon mondial du secteur qui ouvre ses portes jeudi.

Deux personnes devant un écran géant au salon du luxe et de l'horlogerie Baselworld, le 25 mars 2009 (© AFP - Fabrice Coffrini)
"Nos branches ont été touchées très directement et parfois avec dureté" par le ralentissement économique mondial, "laissant une fois de plus se profiler le spectre du chômage", a déclaré le président du comité des exposants Jacques Duchêne, selon le texte de son discours.

Alors que les exportations horlogères de la Suisse -- numéro un mondial du secteur -- ont terminé 2008 sur une hausse de 6,7% à 17 milliards de francs suisses (11,2 milliards d'euros), "ce chiffre est trompeur", a-t-il souligné.

"S'il représente correctement nos exportations lors du 1er semestre 2008, ce n'est plus du tout le cas pour la deuxième moitié de 2008, particulièrement les deux derniers mois de l'année", a rappelé le président.

Preuve de cette baisse, les exportations horlogères suisses ont poursuivi leur chute en février, de 22,4% à 1 milliard de francs suisses (650 millions d'euros), selon la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH).

"Les chiffres d'exportations des deux premiers mois de l'année ne sont pas bons et le nombre de pièces produites a chuté d'une manière significative", a estimé le président.

L'horlogerie, la bijouterie et les branches annexes "seront à des degrés divers particulièrement vulnérables", a pronostiqué M. Duchêne.

Baselworld ouvre ses portes jeudi à Bâle (nord) pour sept jours, avec près de 2.000 exposants de 45 pays et 3.000 journalistes attendus.

Mais le succès des éditions précédentes risque de ne pas se répéter cette année, a prévenu la directrice du salon, Sylvie Ritter.

"Les acheteurs seront sans doute moins nombreux cette année, la taille des délégations sera réduite", a-t-elle estimé.

Dans la Confédération, les spécialistes du secteur tablent sur une baisse des exportations de 20% au premier semestre 2009, les ventes à l'international devant atteindre 15 à 16 milliards cette année, selon le président des exposants suisses, François Thiébaud.

"Peut-être qu'il y aura moins d'extravagance (en 2009) que les années précédentes", a-t-il souligné, ajoutant que la crise actuelle était une "crise de confiance et non une crise structurelle comme dans les années 1970 et 1980".

Selon Patrice Besnard, responsable des exposants français, le secteur a vu ses exportations reculer de 7% en janvier et rebondir de 7% en février.

"Quand les gens perdent leurs logements, ils n'ont pas envie d'acheter des bijoux", a constaté le représentant des exposants italiens, Gaetano Cavalieri.