Liban: les chefs de la diplomatie qatarie et turque suspendent leur médiation

BEYROUTH (AFP) - Les ministres des Affaires étrangères du Qatar et de Turquie ont annoncé dans un communiqué jeudi qu'ils suspendaient leurs efforts de médiation destinés à débloquer la situation au Liban, après deux jours de contacts intensifs avec les parties concernées.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri (C) et les ministres des Affaires étrangères qatari (G) et turc, le 18 janvier 2011 à Beyrouth (© - Dalati & Nohra)
Nos "efforts ont débouché sur une proposition qui tient compte des exigences politiques et légales pour régler la crise actuelle sur la base de l'initiaive syro-saoudienne", affirment le ministre turc Ahmet Davutoglu et son homologue qatari Hamad ben Jassem ben Jabr al-Thani.

"Mais tenant compte de certaines réserves, ils (les ministres) ont décidé de suspendre leurs efforts au Liban pour le moment et de quitter Beyrouth pour consulter leurs dirigeants", ajoute le texte.

Pour sortir de l'impasse, l'initiative syro-saoudienne proposait que le Liban désavoue le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), chargé de l'enquête sur l'assassinat en 2005 à Beyrouth de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, en échange de garanties du Hezbollah concernant ses armes, selon des sources politiques.

Selon un responsable du camp du Premier ministre en exercice Saad Hariri, la proposition des ministres turc et qatari a été soumise au puissant parti chiite dans la nuit de mercredi à jeudi pour approbation.