Fillon au Vietnam, entre décorum communiste et éloge des marchés

HO CHI MINH-VILLE (AFP) - Visite du mausolée de Ho Chi Minh et éloge du "nouveau Vietnam" capitaliste: le Premier ministre François Fillon a poursuivi vendredi sa tournée en forme de grand écart dans le pays communiste, pour tenter de relancer ses échanges commerciaux avec Paris.

Le Premier ministre français François Fillon au mausolée de Ho Chi Minh à Hanoï. (© AFP - Str)
A Hanoï, le Premier ministre, mine sombre de circonstance, a déposé une gerbe dans l'entrée du mausolée du héros de l'indépendance et père de la nation communiste, avant de se recueillir brièvement devant son corps embaumé.

La veille au soir, lors d'un toast avec son homologue Nguyen Tan Dung, il a cité le fondateur du Parti communiste vietnamien (PCV, 1890-1969) pour souligner l'amour que celui-ci vouait à la culture française, lorsque le vieux leader affirmait relire "chaque année Victor Hugo ou Michelet".

Mais devant les chefs d'entreprises français et vietnamiens réunis plus tard pour un "forum des entrepreneurs", c'est d'un autre Vietnam qu'il a fait l'éloge, pays au "dynamisme impressionnant" depuis qu'il a pris le virage de l'économie de marché, en 1986, avant de connaître dans les années 1990 et 2000 une croissance parmi les plus fortes de la région.

"C'est à peine si j'ai reconnu les rues d'Hanoï où il y a quinze ans l'on ne circulait qu'à vélo", a lancé le chef du gouvernement français, qui se rendait pour la deuxième fois dans le pays.

"Par cette visite, je veux dire à quel point la France est attentive à ce nouveau Vietnam" qui est en train de devenir "un partenaire capital", a-t-il poursuivi, estimant que les entreprises françaises n'avaient "pas assez profité des opportunités offertes par la croissance vietnamienne".

Se rendant ensuite à Ho Chi Minh-Ville, l'ancienne Saïgon au sud du pays, il a fait un tableau élogieux des entreprises françaises devant le président du comité populaire de la cité, Le Hoang Quan: "Transports, gestion de l'eau, services financiers: sur tous ces sujets, nous avons les entreprises les plus performantes du monde".

La France souhaite notamment "redéployer son aide" dans tous les domaines relatifs au "développement durable", en privilégiant l'intervention d'entreprises hexagonales.

Après la signature la veille de plusieurs accords, dont l'un de principe portant sur l'acquisition par Vietnam Airlines de quatre Airbus A380, EADS-Astrium a conclu un protocole financier de 56 millions d'euros pour l'achat d'un microsatellite d'observation.

"Nous espérons qu'il pourra être lancé par Arianespace", a dit M. Fillon.

EDF a par ailleurs lancé avec l'entreprise nationale Petrovietnam des études pour la construction d'une centrale au charbon, tandis que France Télécom a pris avec la compagnie VNPT "un accord d'assistance technique" permettant de "jeter les bases stratégique d'un partenariat" sur le très juteux marché national de la téléphonie mobile.

D'autres protocoles financiers ont été signés, portant sur l'acquisition par les autorités vietnamiennes d'un système de surveillance de l'espace maritime du pays ou la construction d'une ligne de métro à Hanoï.

Dans ses différentes interventions publiques, le Premier ministre a pris soin d'éviter la délicate question des droits de l'Homme, alors que le pays a clairement resserré la vis ces derniers mois, notamment sur internet.

François Fillon a eu un seul petit mot à ce sujet, lors du toast de jeudi soir, lorsqu'il a fait part de sa "confiance" dans le fait que "l'ouverture économique et les réformes" iraient "de pair avec le renforcement des libertés publiques et individuelles".