La Corée du Nord confirme l'arrestation de deux journalistes américains le 17 mars

SEOUL (AFP) - La Corée du Nord a confirmé samedi que deux Américains ont été arrêtés le 17 mars le long de sa frontière avec la Chine, comme annoncé jeudi de source diplomatique et par Washington.

Des soldats nord-coréens montent la garde dans un poste frontière, en juin 2008 (© AFP/Archives - Jung Yeon-Je)
"Deux Américains ont été arrêtés le 17 mars alors qu'ils pénétraient illégalement sur le territoire nord-coréen par la frontière chinoise", a annoncé l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

"Un organe compétent mène actuellement l'enquête" sur cette affaire, a-t-elle ajouté.

Les deux journalistes ont été placées en détention par des garde-frontières pour un délit présumé de violation des frontières après avoir traversé un cours d'eau frontalier avec la Chine, avait précisé jeudi une source diplomatique à Séoul, dans un contexte de vives tensions sur la péninsule.

Les deux femmes qui travaillent pour Current TV, une chaîne de télévision basée en Californie, "ont été interpellées le 17 mars en train de filmer sur la rive nord-coréenne du fleuve Tumen" (marquant la frontière entre la Corée du Nord et la Chine, ndlr), avait précisé cette source sous couvert d'anonymat.

Les Etats-Unis avaient réagi en faisant part à Pyongyang de leur "préoccupation" concernant le sort de leur deux ressortissantes.

Les journalistes souhaitant se rendre en Corée du Nord, l'un des pays les plus fermés au monde, doivent être munis d'un visa spécifique et sont étroitement surveillés lors de leur séjour. Ce visa n'est que très rarement accordé.

L incident de mardi, s'il est confirmé, survient dans une période de tension et incertitude dans la péninsule coréenne alors que le régime communiste s'apprête à lancer, vraisemblablement début avril, ce qu'il a présenté comme un "satellite" dans l'espace.

Cependant, Washington et Séoul redoutent qu'il ne s'agisse en fait d'un nouvel essai de missile longue portée pouvant théoriquement atteindre l'Alaska.