Bernard Kouchner réforme son ministère et crée un label France à l'étranger

PARIS, 25 mars 2009 (AFP) - Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner a annoncé mercredi une vaste réforme de son ministère pour l'ouvrir à la société civile, et la création d'un label - "Institut français" - pour mieux vendre la culture française à l'étranger.

Bernard Kouchner(d) et d'autres membres du gouvernement à la sortie du Conseil des ministres le 25 mars 2009 à Paris (© AFP - Gérard Cerles)
Il s'agit "d'une évolution majeure" pour que "la France soit plus forte, plus efficace, plus audacieuse", a souligné Bernard Kouchner lors d'une conférence de presse.

Pour la politique culturelle extérieure de la France, et "lutter contre la dispersion des moyens", une agence à Paris se substituera avec des moyens renforcés à l'actuel opérateur d'événements Culture France. Les recommandations d'une mission d'étude sont attendues d'ici l'été avant un projet de loi.

L'agence, qui va bénéficier de 40 millions d'euros, prendra le nom d'"Institut français", apposé aussi aux centres culturels dans le monde, de manière à donner un "label" à l'exportation de la culture française à l'étranger, à l'instar de ce qui existe avec les instituts allemands Goethe, espagnols Cervantes ou anglais British council.

Bernard Kouchner, ancien médecin, veut aussi mettre de "nouveaux visages" sur la diplomatie française, avec un rajeunissement des ambassadeurs, une "égalité des chances" pour l'accès des femmes et des minorités, et "l'ouverture du ministère à des compétences extérieures". Le ministère doit "s'ouvrir davantage à la diversité de la société française", résume un conseiller.

La réforme vise enfin une meilleure organisation au ministère à Paris, avec une "logique de métiers" (politique, mondialisation et management). Dans les ambassades - toutes conservées -, des missions prioritaires seront aussi à l'avenir assignées aux ambassadeurs.

La France, avec le deuxième réseau diplomatique au monde après les Etats-Unis, conservera sa vocation "universelle". "Etre présent partout ne veut pas dire être présent partout de la même manière", a souligné le ministre. "Nous avons désormais une vision modulaire des ambassades mais avec le même prestige partout", a-t-il assuré.

"Nous supprimons quelques consulats pour en créer ailleurs", a ajouté Bernard Kouchner, en indiquant à son auditoire qu'il allait avoir "des surprises dans les (futures) nominations d'ambassadeurs".