Arabie: le roi Abdallah en "bonne santé" selon le ministre de l'Intérieur

RYAD (AFP) - Le ministre saoudien de l'Intérieur Nayef ben Abdel Aziz a assuré samedi soir que le roi Abdallah, arrivé au Maroc pour poursuivre sa convalescence, était en bonne santé et exprimé l'espoir de le voir rapidement regagner le pays.

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite, le 19 novembre 2010 à Ryad (© )
"En ce jour béni, je suis heureux de l'arrivée du roi Abdallah au Maroc et je remercie le roi Mohammed VI et son peuple pour l'accueil chaleureux qu'ils lui ont réservé", a déclaré le prince Nayef dans un discours à l'ouverture d'un forum économique.

Il a assuré que le roi était "en bonne santé" et exprimé l'espoir de "le voir rapidement parmi son peuple".

Le roi Abdallah, 86 ans, était arrivé samedi à Casablanca en provenance de New York où il avait été opéré fin novembre d'une hernie discale.

Selon l'agence officielle SPA, il doit y "poursuivre sa kinésithérapie et sa convalescence".

L'agence n'a donné aucune autre précision sur l'état de santé du roi, ni sur la durée de son séjour au Maroc.

Le souverain s'était envolé le 22 novembre pour New York où il avait été opéré pour une hernie discale compliquée par un hématome. Il avait subi une deuxième opération début décembre.

L'âge du monarque et le caractère exceptionnel de l'annonce de son hospitalisation avaient alimenté des rumeurs sur l'avenir de la direction du royaume, un acteur clé dans la politique au Moyen-Orient et premier exportateur mondial de pétrole.

Le prince héritier et ministre de la Défense, le prince Sultan ben Abdel Aziz, demi-frère du roi, est lui aussi octogénaire et a été soigné pour un cancer en 2008 et 2009 aux Etats-Unis.

Le prince Nayef, 77 ans, ministre de l'Intérieur et demi-frère du roi, est en troisième position dans l'ordre de succession depuis sa nomination en mars 2009 au poste de deuxième vice-Premier ministre.

Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs assuré que "la stabilité dans le royaume et les récentes réformes économiques" avaient généré "un afflux des investissements étrangers".

"Ce que nous avons achevé comme progrès économique et amélioration des conditions d'investissements n'est que le début", a-t-il dit, ajoutant que le royaume accordait "la priorité à l'encouragement des investissements étrangers".