Après une nouvelle année "éclatante", un fondateur de Google devient patron

NEW YORK (AFP) - Le groupe internet Google a annoncé jeudi, à l'occasion de la publication de résultats annuels "éclatants" marqués par un bond de 30% du bénéfice, qu'un de ses fondateurs, Larry Page, deviendrait directeur général, l'actuel PDG Eric Schmidt restant président du conseil d'administration.

Larry Page, co-fondateur de Google, le 24 février 2010 à San Jose (© - Justin Sullivan)
"De toute évidence Eric a fait un travail remarquable en dirigeant Google depuis dix ans", a déclaré M. Page dans un communiqué, disant avoir "appris de lui un nombre incalculable de leçons".

M. Schmidt pour sa part a indiqué que ce changement était le résultat de réflexions visant à "simplifier notre structure de direction et accélérer le processus de décision".

"Larry est prêt à diriger et je me réjouis de travailler à la fois avec lui et Sergey (Brin) pour encore longtemps", a-t-il ajouté.

Sergey Brin, qui avait fondé Google avec M. Page en 1998, "va consacrer son énergie à des projets stratégiques, en particulier en travaillant à de nouveaux produits", a précisé le groupe.

Cette annonce inattendue a pratiquement fait passer au second plan les résultats financiers, qui ont pourtant dépassé les attentes.

Sur l'ensemble de l'année, le bénéfice net a atteint 8,505 milliards de dollars, pour un chiffre d'affaires en hausse de 24% à 29,321 milliards de dollars.

Sur le seul quatrième trimestre, le bénéfice net revient à 2,54 milliards de dollars, en hausse de 29%. Hors éléments exceptionnels et rapporté au nombre d'actions, cela revient à 8,75 dollars, bien au-delà des 8,09 dollars attendus par les analystes.

Le chiffre d'affaires du trimestre a progressé de 26% à 8,44 milliards de dollars. Hors les coûts d'acquisition du trafic reversés aux sites partenaires, il revient à 6,37 milliards de dollars, au-delà des 6,06 milliards de dollars prévus.

L'action prenait 2,67% à 643,50 dollars dans les échanges électroniques après la clôture de la Bourse - à en croire l'analyste Jon Ogg, sur le site spécialisé 247WallSt.com, "la réaction aurait peut-être pu être meilleure si les changements de direction n'avaient pas été annoncés".

Mais Mark Mahaney, chez Citigroup, a salué des résultats dépassant clairement les attentes, qui "suggèrent un impact positif sensible" des recettes glanées non plus seulement avec le moteur de recherche (liens sponsorisés), mais également avec la présence accrue dans l'internet mobile, avec le site de vidéos YouTube, et avec les encarts publicitaires illustrés.

Il a notamment noté que la croissance de 28% au quatrième trimestre des recettes brutes (hors effets de change et opérations de couverture) représentait "une forte accélération par rapport aux 24% du troisième trimestre, et la croissance la plus marquée depuis le deuxième trimestre 2008".

"Ces résultats nous donne l'optimisme et la confiance pour investir lourdement dans la croissance à venir - des investissements qui bénéficieront à nos utilisateurs, à Google et au web dans son ensemble", a assuré M. Schmidt.