Accueil des Forums Forums Atlasvista Maroc

La psychologie des animaux
Cliquez ici pour revenir en vue normale
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
       Accueil des Forums -> Animaux
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
octobre



Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 16

Posté le: 03 Nov 2007, 12:19    Sujet du message: La psychologie des animaux  

Pensez vous que la psychologie de quelques animaux comme les chiens, les chats ou les chevaux est vite influencée par des facteurs de la vie quotiennne?
Revenir en haut  
Chweeki



Inscrit le: 02 Déc 2004
Messages: 1525
Localisation: Belgique

Posté le: 03 Nov 2007, 16:55    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

Bien sûr et bien plus que nous d'ailleurs!

PQ???
Revenir en haut  
octobre



Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 16

Posté le: 05 Nov 2007, 09:01    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

Oui, dis nous pourquoi?
Revenir en haut  
Chweeki



Inscrit le: 02 Déc 2004
Messages: 1525
Localisation: Belgique

Posté le: 05 Nov 2007, 16:23    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

En vla de la discussion à noyer un poisson, un peu de sérieux voyons! :roll:
Revenir en haut  
octobre



Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 16

Posté le: 05 Nov 2007, 17:27    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

Car tu trouves que parler de la psychologie des animaux est un manque de sérieux, alors là. Je te signale qu'on est sur Le Forum ANIMAUX. Tu as une idée sur les livres, les recherches, les documentaires qui ont été faits sur ce sujet là? ta réaction ne devrait pas m'étonner car j'ai toujours remarqué que la relation des marocains avec les animaux était marquée par un grand mépris notamment vis à vis des chiens et des chats. J'espère au moins que la psychologie des êtres humains t'intéresse un peu.
Revenir en haut  
Chweeki



Inscrit le: 02 Déc 2004
Messages: 1525
Localisation: Belgique

Posté le: 06 Nov 2007, 01:55    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

Alors là!!!! :lol:

Je suis persuadé que les animaux sont plus fragiles, certains se suicident mêmes!

L'humain va voir un psy qd ça va pas, l'animal, il a personne pour l'écouter!

Il est plus sensible au son, l'odorat, ...donc plus vulnérable à toute pollution possible yandestand!!!
Revenir en haut  
fadwaleteincelle



Inscrit le: 10 Avr 2007
Messages: 1029

Posté le: 06 Nov 2007, 13:09    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

Tout d'abord mar7ba bik octobre dans ce forum qui a besoin de revivre comme il l'était avant :welcome: et ravie que tu sois parmi nous :D

Je passe au sujet:

Il m’arrive de temps à autre de voir des documentaires sur les animaux. Ce qui me plait surtout c’est le monde sous la mer, ce monde très vaste et très profond de plusieurs kilomètres de profondeur voire de longueur qui marche avec sa propre réglementation innée, un monde qui nécessite de l’oxygène aux humains et d’une technologie spéciale pour le découvrir. Il fait partie de l’ampleur extraordinaire que notre grand et unique Créateur nous a offerte comme beauté surprenante alimentant nos âmes et source naturelle alimentant nos corps pour survivre sur Terre. J’aime de même me renseigner sur les animaux féroces et sauvages qui suscitent également ma grande attention donc sur le monde de la jungle, ce monde sans sécurité où l’instinct et la force font ses lois imposées. Dans ce genre de reportage, on nous parle de la faiblesse, de l’intelligence et du déroulement de leur vécu. Donc un peu loin de saisir la psychologie interne des animaux mais beaucoup plus sur l’externe qui décrit leur comportement. Cependant je peux parler de ce que j’ai personnellement remarqué sur ceux que j’ai côtoyé. Je peux dire que les animaux sont aussi sensibles que les êtres humains, ils sont aussi fragiles et ont besoin de tendresse et de soutien, ils font aussi appel à la chaleur qui réchauffe leur coeur et fond, que ce soit entre eux ou avec les humains qui les aubergent chez eux.
Je peux citer l’exemple d’un canari que j'avais avant et qu’une amie m’avait donné du fait qu’elle devait entrer définitivement au Maroc. Il a vécu deux années avec elle. Durant les premières semaines avec moi, il était très calme alors qu’il chantait fort chez elle. Il a refusé toute sorte de délicatesse que je lui achetais. C’était mon problème avec lui au début. D’ailleurs je l’ai refusé quand elle me la demandé car j’aime pas assumer la responsabilité d’un être enfermé chaque jour dans une cage. C’est inadmissible pour moi puisque moi même je ne me le tolère pas. Le fait qu’il devait rester des journées longues coincé entre des barreaux et solitaire en plus m’attristait mais je ne pouvais réagir autrement. J’étais obligé de le prendre car elle ne voulait le confier à personne d’autre que moi et elle ne pouvait pas lui donner sa liberté puisque cela causerait sa mort. Elle ne voulait pas en être la cause. Il est connu que les canaris sont incapables de vivre longtemps dans l’air frais d’un climat européen puisqu’ils proviennent de l’Australie.
Bref, chaque fois que j’entrais à la maison, il avait la même position, assis sans agitation sur une barre avec un air un peu triste. J’essayais de lui parler, parfois de lui mettre la musique des oiseaux pour qu’il se sente ailleurs et pour qu’elle excite son fond mais en vain. J’ai décidé après de lui acheter une autre cage plus grande et plus confortable où il aura plus de place pour se déplacer. J’ai même décoré la nouvelle cage avec des couleurs et trucs qui attirent la vue, une petite piscine où il fera sa douche, ouvert son ancienne cage pour qu’il puisse déménager à sa seconde demeure mais aucun changement mentionné et donc aucune envie. L’alimentation et l’eau qu’il recevait de moi ne l’importaient pas. J’ai compris que mon amie lui manquait toujours. Un week end alors que j’essayais de converser avec lui avec une voix très calme, tendre et monotone dans le but de le pousser à l’apercevoir et l’enregistrer comme ma manière de lui dire que je suis là uniquement pour lui, ses cheveux se sont redressés brusquement. Il m’a répondu avec des sifflements un peu courts en comparaison à l’ordinaire. C’était la première fois que j’entendis sa voix. J’étais hyper contente du progrès. J’ai donc continué à lui parler avec le même ton. Il continuait à me répondre et au fil des minutes, il a changé de sifflements pour sauter à chanter mais pas assez fort comme c’est connu chez le canari de mon voisin quand il est joyeux. J’ai arrêté alors la conversation avec lui pour le laisser se comporter comme bon lui semble. Je ne voulais plus être la cause de ses réactions. J’ai voulu contempler sa nature. Ce fut pour moi un bon moment de joie interne car il n’a pas arrêté de sauter ici et là dans ses barrières dedans, de chanter avec des petites mélodies différentes. Il a même fini par manger un peu de son menu que j’ai acheté le jour. Cette réaction a été positive pour moi et m’a donné un peu d’espoir qu’il allait finir par s’habituer à sa nouvelle amie qui est moi en personne. Voilà c’était le premier épisode sur le thème. La suite traitera l’amitié qui s’est construite entre nous au fil des jours, une relation surprenante comme s’il s’agit d’un échange entre les humains. J'essayerai de raconter inchaa Allah quelques remarques faites moi même sur la psychologie du canari qui était dépendante du quotidien dans ma maison
Revenir en haut  
fadwaleteincelle



Inscrit le: 10 Avr 2007
Messages: 1029

Posté le: 07 Nov 2007, 11:48    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

Depuis ce jour, mon canari se comportait naturellement. Il se réveillait à l’heure quand je le faisais et dormait quand je m’apprêtais à le faire. Chaque matin avant de sortir, je lui donnais le peu qu’il devait manger et changeait l’eau qu’il buvait. Il me remerciait souvent en sifflant deux fois à voix basse. Quand je m’approchais de sa cage pour lui parler ou lui donner sa nourriture, j’ai toujours constaté une peur qui le poussait à sauter sur la deuxième barre de derrière cherchant de cette façon plus de sécurité. Et pourtant ce comportement de son côté ne m’a pas empêché de continuer à lui parler de tout près. Il se contentait souvent de m’écouter tout en me fixant avec ses petits yeux et des cheveux sur tête bien dressés en haut. C’était sa manière d’apprendre mon langage et de s’accoutumer à ma voix. Un jour j’ai décidé de partager avec lui ma propre cage qu’est mon appartement pour déraciner la méfiance qu’il avait encore à mon égard. J’ai décidé de laisser la fenêtre de sa cage tout le temps ouverte pourvu qu’il sorte et découvre sa deuxième cage achetée spécialement pour lui ou encore mon monde à moi qu’est mon chez moi. Normalement il est connu que les canaris se sentent plus à l’aise et plus à l’abri dans leur propre demeure. Mais je voulais le vérifier moi même. J’ai voulu faire ma propre expérience avec ce descendant qui partageait avec moi mon quotidien dans mon domaine privé. Un beau jour lors de mon retour, j’ai remarqué que sa cage était vide. Je l’ai appelé longtemps pour voir où il se cachait mais aucune réaction. J’ai cherché partout mais en vain. J’avais cru qu’il s’était blessé quelque part et donc il était incapable de voler et revenir à sa maison. Comme il était petit pour le trouver facilement, j’ai pensé allumer la télé pour le pousser à se montrer. À l’instant, on transmettait une série d’action avec des coups de fusillade qui s’entendaient forts. Mon canari peureux de nature s’est vite envolé du haut de mon armoire de la chambre à coucher pour aller avec une vitesse incroyable à sa propre cage. Les coups de feu du téléfeuilleton lui étaient étrangers. C’était la première fois que j’ai aperçu combien il aimait sa demeure et combien il s’y sentait en sécurité. J’ai donc fermé sa fenêtre, me suis excusé tout près de lui de la peur que je lui ai causée et mise un peu de musique douce que j’aimais. Souvent je mettais des morceaux de Clayderman, le pianiste que j’apprécie beaucoup et qui m’emmenait avec lui dans un monde paisible où il n’y a de place qu’au calme interne et sérénité absolue. Les morceaux "A comme Amour, pour Elise et ballade pour Adeline" étaient mes favoris et par hasard ils le sont devenus également pour mon canari depuis ce jour, ils les aimaient puisqu’ils excitaient son fond à chanter aussi fort avec la merveilleuse musique du grand artiste accompagné d’une voix pleine de joie montrant une gorge tellement gonflée et libre lors de l’écoute. Depuis ce jour, mon canari a pu partager les moments de bonheur avec moi dans la maison. Ce fut de même quand je mettais du bon tajwid du coran. C’était magnifique qu’il l’ait apprécié et aimé facilement. Le reste viendra encore.
Revenir en haut  
fadwaleteincelle



Inscrit le: 10 Avr 2007
Messages: 1029

Posté le: 07 Nov 2007, 13:08    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

Mon canari s’était habitué à quitter sa cage, à survoler librement dans la maison, à s’asseoir où il désirait. Dans les pots de mes plantes, il préférait dormir pendant la journée. Je pense qu’il aimait l’odeur du sol puisqu’il lui était impossible de la savourer dehors en plein air. Le seul problème que j’avais c’était qu’il me souillait l’appartement, en haut de mes armoires, sur les portes et au plafond de ma bibliothèque. À chaque fois que je trouvais des saletés, je le grondais à haute voix. Pour me dire qu’il n’aimait pas mes insultes, il sifflait à son tour d’une façon désagréable qui me cassait les oreilles. Il nous arrivait tous les deux de se quereller et s’en vouloir comme des êtres humains. J’ai donc décidé de trouver une méthode pour lui apprendre où faire ses toilettes. J’ai commencé par mettre du journal dans toutes les places qu’il longeait pendant mon absence. Je prenais ensuite les morceaux salis et les mettais dans sa cage où il purgeait ses nuits. Il était mécontent de mes gestes. Il a arrêté de chanter pendant quelques jours et pourtant il a continué de sortir quand j’étais au travail et salir ma maison. Un jour quand il a vu sa cage pleine de papier, il était obligé d’aller passer la nuit dans l’autre où il n’a jamais mis les pieds. Les canaris sont propres de nature comme les chats. C’était sa première nuit hors son habituelle demeure. À partir de ce jour, il a cessé lui même de faire sa toilette ailleurs. Il a pris son ancienne demeure pour le logement et la nouvelle pour faire ses besoins. Sa manière de me montrer qu’il me faut nettoyer ses deux cages se manifestait par un arrêt de chant et par passer de longues heures devant la fenêtre de la salle de séjour. Il lui a créé de même autres méthodes pour communiquer avec moi. Il m’arrivait parfois de ne pas me réveiller à l’heure ponctuelle. Donc habitué à me tenir compagnie pendant que je me préparais pour sortir, il a pu jouer mon réveil quand j’étais un peu tardive de façon à survoler de sa cage qui se trouvait dans l’autre chambre jusqu’à ma chambre à coucher où il sifflait une seule fois sur la porte ouverte. Ses va et vient avec une vitesse surprenante me dérangeaient puisque je n'aimais pas le son que ça émettait donc j’étais toujours obligé de me tenir debout et partir prendre mon bain. Parfois, quand il préférait prendre son repas devant la fenêtre quand c’est ensoleillé, il venait jusqu’à la cuisine pour me montrer le lieu. Avec des va et vient sans cesse, je prenais un peu de ses sucreries, les mettais dans un de ces récipients et le posais où c’était chaud et confortable selon sa mine du jour. Quand je voyageais pour un week end, il devait rester tout seul dans la maison. Mais à mon retour, c’était la galère. Il se fâchait contre moi en restant toute une semaine dans sa cage. Il ne me sifflait plus son merci quand je changeais son eau ou sa nourriture ou encore quand je nettoyais sa demeure. Il ne venait plus à ma table quand je prenais mes repas, il ne chantait plus avec mon pianiste préféré. C’était affreux et je devais toujours m’approcher de lui pour lui parler avec une voix très douce, tendre et basse pour faire la paix. C’était ma manière de lui dire que je suis là de nouveau. Bref, le séjour de plus qu’une année avec mon canari m’a affirmé que les oiseaux sont très intelligents, très sensibles et qu’ils sont aptes à s’habituer aux humains qui prennent soin d’eux tout comme les chats et les chiens. Je n’ai rien appris des livres sur leur langage et leur comportement mais par habitude, je suis parvenue à comprendre mon oiseau et à apercevoir ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas. L’incroyable est qu’il était capable de ressentir ma mauvaise mine quand j’étais triste ou stressée. Parfois, il m’arrivait de me contenter de lire ou écrire sans lui prêter attention pendant tout un week end. Alors pour provoquer mon intérêt, il survolait du canapé où je me reposais jusqu’à la bibliothèque en face. Il savait que sa vitesse me dérangeait puisque le vol émettait un bruit dérangeant. C’était de cette manière qu’il me poussait à le gronder pour venir tout près de moi et me chanter un de ses nombreux morceaux avec une chevelure toute dressée . Sa façon de me dire que je ne t’en voulais pas!!Cela me poussait souvent à sourire et à comprendre qu’il n’aime pas être trop négligé.
Revenir en haut  
fadwaleteincelle



Inscrit le: 10 Avr 2007
Messages: 1029

Posté le: 07 Nov 2007, 14:14    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

Quant à mon expérience avec les autres animaux domestiques, je vais raconter un petit exemple parmi d’autres. Il m’est arrivé de faire la connaissance avec un chat spécial en sa nature. La première fois où nous nous sommes rencontrés, il pleurait de faim et ce fut une grande joie de le voir très satisfait après lui avoir donné à manger bien qu’il n’était pas le mien. Depuis ce jour chaque fois qu’il me voyait, il venait toujours tout près de moi s’allonger par terre avant que je rentre à mon appa, c’est sa méthode de me dire qu’il m’aime et qu’il me reconnaît. L’incroyable est qu’il me suit de temps à autre jusqu’au supermarché d’à côté. Tout le long du chemin, il ne fait que se coller à mes pieds comme si c’était le mien alors qu’il transmettait une certaine méfiance envers les passants. On dirait que c’est un chien fidèle. Et pourtant il est connu que les chats sont très indépendants et que c’est difficile de gagner leur sympathie. Parfois quand ses parents sont en vacances, il vient miauler devant ma porte pour demander du lait ou de la nourriture alors que j’habite un peu loin de sa demeure. Il est très intelligent. J’ai même testé la jalousie des chats, leur sensibilité et leur indépendance de l’autre. J’ai pu remarquer que cela varie d’un chat à un autre. Je pense que le facteur essentiel qui joue un grand rôle sur leur comportement et leur mode de réaction est leur milieu et puis peut être leur nature innée. Ils sont différents comme les êtres humains. Leur caractère varie d’un chat à l’autre. Je pense aussi qu’ils ont leur propre complexe, leur propre mine, leur propre fragilité tout comme les Hommes. C’est un autre monde et c’est pour cela que les biologistes voire zoologistes se sont consacrés à étudier leur psychologie dans tous ses aspects. Je me permets d’évoquer que même les ânes qu’on traite mal au Maroc sont sensibles et intelligents. Sincèrement je suis navrée que les Marocains ne les reconnaissent pas comme des animaux dignes de respect et de soin. Ce fut ma remarque dans le bled.
En grosso modo, chaque être vivant possède son mode de vie et conduite et cela dépend de son quotidien et quand je parle des êtres j’insinue par là aussi bien les humains, les animaux que les plantes.
Un point à signaler: je n'heberge aucun animal chez moi. Je ne veux pas assumer une telle responsabilité. Voilà c’était un petit aperçu pas scientifique sur le sujet. Je mets le point final pour sauter à un autre.

FIN :wink:
Revenir en haut  
mokhliss



Inscrit le: 18 Aoû 2007
Messages: 378

Posté le: 07 Nov 2007, 14:22    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

sensible envers les ânes :shock: :arrow: atroce avec les hommes :? :!: :!: :!:
Revenir en haut  
jamaldine



Inscrit le: 29 Mai 2004
Messages: 4776
Localisation: Canada

Posté le: 07 Nov 2007, 15:08    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

mokhliss a écrit: sensible envers les ânes :shock: :arrow: atroce avec les hommes :? :!: :!: :!:

:D
Revenir en haut  
Chweeki



Inscrit le: 02 Déc 2004
Messages: 1525
Localisation: Belgique

Posté le: 07 Nov 2007, 16:40    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

:lol: aussi :lol:
Revenir en haut  
Brahim.5



Inscrit le: 17 Déc 2004
Messages: 969
Localisation: maroc

Posté le: 07 Nov 2007, 17:10    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

mokhliss a écrit: sensible envers les ânes :shock: :arrow: atroce avec les hommes :? :!: :!: :!:
c'est un message qu'elle veut te faire passer :wink:
transforme toi en hmar peut être il y aura du nouveau dans votre histoire :lol:
Revenir en haut  
fadwaleteincelle



Inscrit le: 10 Avr 2007
Messages: 1029

Posté le: 07 Nov 2007, 17:15    Sujet du message: Re: La psychologie des animaux  

mokhliss a écrit: sensible envers les ânes :shock: :arrow: atroce avec les hommes :? :!: :!: :!:

Il faut peut être traiter la psychologie des hommes au lieu des animaux.

Chouf adak Haroune rrachid li gallik tab3ino 3yalate ddounya w lakhra, baraka mane lam3ani. Malak dima jabadni? Rani f9ate fik l'amal 7ite tayar lik l'botone kife dannite ohadi mouchkila 3awissa li mkhabbate fi8a amoulahoume. Rake mamssayarchi 3omrak, chrafti o mazal madarti la39iyal. Baz o bziz. Allah ichafik, 8adchi li 3andi mangol lik.

Je vais donc terminer ta phrase incomplète:

Je suis sensible envers les ânes et atroce envers les hommes qui sont moins intelligents que ces derniers. Pourquoi? L'homme a un cerveau pour raisonner. Il doit donc l'utiliser pour être apprécié et estimé. F8amti wlla ma9achbalti walou?
Revenir en haut  
 
       Accueil des Forums -> Animaux Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3


Réalisé avec phpBB
Arcanes Technologies © 2001-2005 Tous droits réservés.