Maroc

Portail Maroc

La Tunisie domine un sommet des chefs d'Etat arabes en Egypte - Dossiers News, Informations, Maroc, Monde, Politique, Economie, Finances, Proche Orient, Sport
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers » Tunisie: la fin de l'ère Ben Ali Dossiers » Tunisie: la fin de l'ère Ben Ali
La Tunisie domine un sommet des chefs d'Etat arabes en Egypte
Le ministre des Affaires étrangères tunisien, Kamel Morjane, à Charm el-Cheik, le 18 janvier 2011 (©  - Amr Ahmad)
Cliquer pour agrandir
CHARM EL-CHEIKH (Egypte) (AFP) - La situation en Tunisie devait dominer un sommet économique des dirigeants des pays de la Ligue arabe, mercredi à Charm el-Cheikh (Egypte), sur fond de craintes d'instabilité persistante dans ce pays et de contagion de la contestation à l'extérieur.
Ce sommet constitue la première réunion des chefs d'Etat arabes depuis le départ vendredi, sous la pression populaire, du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, après 23 ans de règne.

"Le monde arabe est témoin aujourd'hui de développements et de défis qui touchent à la sécurité nationale", a affirmé mardi lors des travaux préparatoires le chef de la diplomatie koweïtienne Mohammad al-Sabah.

"Des peuples mènent des insurrections (...) et les citoyens arabes se demandent: est-ce que les régimes arabes actuels peuvent répondre à ces défis de manière dynamique?", a-t-il dit dans une allusion à la situation tunisienne.

"Les régimes peuvent-ils répondre aux souffrances du citoyen arabe", s'est-il encore demandé.

Le ministre des Affaires étrangères tunisien, Kamel Morjane, est arrivé lundi soir dans la station balnéaire de la mer Rouge, pour informer ses homologues de la situation dans son pays.

Il s'agit du premier voyage officiel d'un membre du cabinet tunisien depuis la chute du gouvernement de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali qui a fui en Arabie saoudite.

M. Morjane a indiqué mardi que le peuple tunisien avait "dit son mot" et que, désormais, l'unique ambition du gouvernement tunisien de transition était de préparer des élections libres et des réformes.

"Le peuple tunisien a dit son mot et est sorti vainqueur de ce soulèvement populaire", a-t-il dit à la presse.

"Nous voudrions confirmer qu'il s'agit d'un gouvernement de transition: son but est clair et son mandat limité par la loi (...) Son but est de mettre en place une élection présidentielle libre (...) à laquelle participeront des observateurs étrangers (...)", a-t-il poursuivi.

Il a ajouté que des réformes porteraient notamment sur les questions économiques et sociales.

"Il y aura des réformes politiques mais aussi (des réformes) sur (...) le plan social", a dit M. Morjane, déjà membre du gouvernement en place sous le président Ben Ali.

Plusieurs milliers de manifestants ont dénoncé mardi à Tunis et en province la présence à des postes-clés de ministres du président déchu Ben Ali dans le gouvernement de transition formé lundi, également critiqué par la gauche et la mouvance islamiste.

La révolte tunisienne avait débuté avec l'immolation par le feu d'un jeune vendeur ambulant de 26 ans, Mohamad Bouazizi, le 17 décembre.

Son geste a été imité ces derniers jours par neuf autres personnes dans des pays arabes: cinq en Algérie, trois en Egypte, et une en Mauritanie.

Les gouvernements arabes ont multiplié ces derniers jours les appels à l'union et à la restauration de la stabilité en Tunisie, laissant poindre leur inquiétude de voir les événements de Tunis faire tache d'huile.

La "révolution du jasmin" tunisienne est fréquemment citée en exemple par l'opposition ou dans les milieux syndicaux de nombreux pays arabes, dominés par des régimes autoritaires et eux aussi en proie à un profond malaise social.

Au Soudan, l'opposition a plaidé pour la "fin du régime totalitaire" à Khartoum et appelle à un soulèvement populaire similaire à celui survenu en Tunisie.

Au Yémen, les forces anti-émeutes ont dispersé mardi à Sanaa, en tirant en l'air, une manifestation d'étudiants qui scandaient des slogans en faveur du soulèvement populaire en Tunisie, appelant les "peuples arabes à se révolter contre leurs dirigeants".

L'opposant égyptien et ancien haut responsable international Mohamed ElBaradei a quant à lui jugé mardi "inévitable" un changement de régime en Egypte après le soulèvement populaire tunisien.

Publié le: 18/01/2011 à 16:53:26 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Tunisie: premier conseil des ministres, le président...

» A Tunis, des manifestants refusent de quitter la rue...

» Tunisie: le président promet une "rupture totale", les...

» Le Maroc épargné par les troubles sociaux, mais pas à l'abri

» Tunisie: les forces politiques en présence après la...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz