Maroc

Portail Maroc

Le sigle de l'ancien parti au pouvoir arraché de son siège national - Dossiers News, Informations, Maroc, Monde, Politique, Economie, Finances, Proche Orient, Sport
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers »  Tunisie: l'après Ben Ali Dossiers » Tunisie: l'après Ben Ali
Le sigle de l'ancien parti au pouvoir arraché de son siège national
Manifestants à Tunis le 20 janvier 2011 (©  - Martin Bureau)
Cliquer pour agrandir
TUNIS (AFP) - Des fonctionnaires tunisiens déboulonnaient jeudi l'inscription "Rassemblement constitutionnel démocratique", qui décorait en grandes lettres dorées la façade du siège de l'ancien parti au pouvoir, à Tunis, devant lequel étaient réunis plus d'un millier de manifestants.
Devant le bâtiment, des Tunisiens contemplaient la scène en la comparant à la statue de l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein, déboulonnée à Bagdad après la chute de son régime en 2003.

A l'aide d'un gros câble passé entre le mur et l'inscription, un fonctionnaire en civil faisait sauter l'une après l'autre les lettres écrites en arabe, a constaté un photographe de l'AFP.

La foule était maintenue à distance de l'entrée du bâtiment par un cordon de militaires, qui procédaient ponctuellement des tirs de sommation pour dissuader des manifestants d'escalader le mur d'enceinte.

"Le peuple veut la démission du gouvernement", ont scandé les manifestants, qui brandissaient des pancartes proclamant "On n'a plus peur de vous, traîtres" et "RCD out!", en référence au parti du président déchu Zine El Abidine Ben Ali.

La police, en première ligne lors de la répression de la révolte populaire qui a fait au moins 100 morts en un mois selon les Nations unies, se tenait jeudi à l'écart.

"Je suis avec vous. On ne va pas tirer sur vous, l'essentiel c'est que le rassemblement soit pacifique", a déclaré à la foule devant le siège du RCD un colonel de l'armée qui tentait de calmer les manifestants.

Ceux-ci l'ont applaudi et certains ont cueilli des fleurs dans les massifs alentours pour les déposer dans les canons des chars postés là, devant des militaires qui souriaient.

La rue tunisienne conteste fortement la présence aux postes clés du gouvernement d'union nationale de membres de l'équipe sortante qui a régné sans partage sur le pays pendant 23 ans.

Le nouvel exécutif, qui tenait jeudi après-midi son premier Conseil des ministres, a été formé trois jours après la chute du régime de Ben Ali, contraint vendredi à l'exil en Arabie Saoudite par la Révolution du jasmin.

Publié le: 20/01/2011 à 16:23:46 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Les proches de Ben Ali arrivés au Québec sont résidents...

» Enquête ministérielle sur un passage à tabac par la...

» Le gouvernement sous pression de la rue jour et nuit en...

» Tunisie: la province rejoint la capitale et fait le...

» Décès d'un Algérien qui s'est immolé par le feu à l'est...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz