Maroc

Portail Maroc

Israël affaibli, Cana peut marquer un tournant de la guerre - Dossiers News, Informations, Maroc, Monde, Politique, Economie, Finances, Proche Orient, Sport
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers » Le Liban dans l'attente des troupes européennes Dossiers » Le Liban dans l'attente des troupes européennes
Israël affaibli, Cana peut marquer un tournant de la guerre
Des secouristes portent les corps de victimes du bombardement israélien à Qana, le 30 juillet 2006 (© AFP - Nicolas Asfouri)
Cliquer pour agrandir
PARIS (AFP) - De nombreux journaux européens ont estimé lundi que la mort de dizaines de civils à Cana dans des bombardements israéliens avait miné la position de l'Etat hébreu sur la scène internationale et pouvait annoncer un tournant de la guerre.
Pour une grande partie de la presse, la tragédie a permis au Hezbollah de marquer des points et d'aborder en position de force relative la phase de négociations. Elle va aussi à l'encontre des buts affichés par Israël en risquant d'alimenter le terrorisme qu'il veut combattre.

La presse britannique juge que le bombardement meurtrier de Cana dessert profondément la cause d'Israël au Liban, évoquant souvent "un crime de guerre".

Israël, écrit le Times (centre-droit), devra "changer de stratégie militaire" car, ajoutent le Guardian comme l'Independent (centre-gauche), la stratégie retenue ne fait qu'accroître le soutien au Hezbollah.

"Ceci n'est pas se défendre", clame le quotidien italien La Stampa, avançant un argument largement repris dans la presse européenne où l'indignation prévaut.

Globalement très sévères, les journaux allemands soulignent qu'Israël devra payer le prix politique du drame.

"Même si le Hezbollah sort grandement affaibli de cette guerre (...) il peut remporter une nette victoire de propagande", écrit le Financial Times Deutschland. "Les islamistes radicaux, invaincus sur le terrain, vont renforcer dans la région leur image de héros, seuls capables de combattre le sionisme", relève-t-il.

Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, "il est maintenant grand temps d'amener les Syriens dans le jeu".

La presse russe juge aussi que le drame de Cana, qui a fait 52 morts dont 30 enfants, risque de "coûter cher" à Israël en termes d'image et de soutiens politiques.

"Si le nombre d'enfants tués est dix fois supérieur à celui des hommes armés (...), peut-on dire que c'est une guerre contre le terrorisme ?", s'interroge le journal économique Kommersant.

"L'aviation israélienne a rayé tous les espoirs d'une fin rapide de la guerre au Liban", souligne le quotidien Izvestia, une opinion qui va à l'encontre des analyses prévoyant au contraire une accélération des efforts pour un cessez-le-feu.

A Bruxelles, Le Soir juge également que "tuer des centaines de civils ne constitue un moyen ni efficace ni admissible". "D'évidence, ce carnage engendre plus de haine, plus de terrorisme", écrit-il.

Plusieurs journaux français évoquent la suite du conflit.

Le Figaro (conservateur) titre :"Cana: le tournant de la guerre".

"Est-on au tournant de la guerre", s'interroge le Parisien (populaire).

Pour La Croix (catholique), "avant même sa conclusion, cette nouvelle guerre du Liban est en train de démontrer qu'une politique, aussi légitime soit-elle, se ruine en utilisant des moyens iniques".

Libération (gauche) écrit que "le cynisme du Hezbollah a payé, et les Israéliens ont échoué dans leur but de guerre principal qui était de, sinon l'anéantir complètement, du moins l'affaiblir gravement, avant toute solution diplomatique."

L'Humanité (communiste) élargit le débat aux Etats-Unis. "Depuis 2001 les États-Unis ont choisi la guerre comme mode de recomposition du monde. Et Israël vient de franchir un pas inconsidéré pour les accompagner dans cette folle croisade", estime le quotidien.

Aux Pays-Bas, De Volkskrant (gauche) pense que Washington a au contraire un rôle modérateur à jouer. "Israël doit utiliser le moment pour se livrer à une sérieuse introspection autocritique (...). Les Etats-Unis doivent l'y pousser", dit-il.

Pour le quotidien suisse Le Temps, le bombardement de Cana inscrit "l'un des chapitres les plus noirs de l'histoire du Proche-Orient". "L'illusion s'est évanouie selon laquelle un "Blitzkrieg" israélien éliminerait le Hezbollah et installerait un rapport de force propice".

En Espagne, le journal conservateur ABC estime aussi qu'"Israël n'a rien gagné du point de vue militaire (...) et porte sur les épaules le poids d'une tragédie qui a affaibli sa position dans les inévitables négociations de paix qui devront avoir lieu au plus tôt".

En Turquie, le quotidien Hurriyet note également que les bombes de Cana "ont touché Israël".

"Israël ne doit pas transformer sa défense en arme d'auto-destruction", renchérit au Portugal le Diario de Noticias.

Analyse proche au Danemark de Politiken (centre-gauche) qui écrit que "les Etats-Unis et Israël sont sur la défensive".

Publié le: 31/07/2006 à 10:08:39 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Kofi Annan entame lundi à Beyrouth une tournée régionale

» Les pêcheurs libanais ruinés par la guerre et la marée noire

» Le Hezbollah renforce son avance sur l'Etat libanais...

» Liban: l'arrivée de renforts européens devrait...

» Guerre au Liban: consultations d'Olmert sur une...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz