Maroc

Portail Maroc

Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers » Le 59e Festival de Cannes Dossiers » Le 59e Festival de Cannes
"Indigènes", la vraie vie des soldats maghrébins de l'Armée d'Afrique
Une scène du film "Indigenes", dirigé  par Rachid Bouchareb (© AFP)
Cliquer pour agrandir
PARIS (AFP) - Le film "Indigènes", dirigé par le réalisateur français d'origine algérienne Rachid Bouchareb et présenté en compétition jeudi à Cannes, rappelle le rôle essentiel des dizaines de milliers de tirailleurs, goumiers et tabors algériens, marocains et tunisiens qui participèrent à la campagne d'Italie et à la libération de la France.
Saïd (Jamel Debbouze), Yacir (Samy Nacéri), Messaoud (Roschdy Zem), Abdelkader (Sami Bouajila) campent la vraie vie quotidienne de ces soldats qui ont "tout quitté, parents, gourbis, foyers", selon les paroles de "C'est nous les Africains", l'hymne de l'Armée d'Afrique.

Comme lors de la Grande Guerre (63.000 tués), les troupes coloniales de l'Empire français payèrent un lourd tribut. De juin 1940 à mai 1945, 55.000 Tunisiens, Marocains, Algériens et Africains furent tués, dont 25.000 dans l'Armée d'Afrique.

Cette Armée d'Afrique compta 400.000 soldats, dont 173.000 Tunisiens, Marocains, Algériens et Africains, 168.000 Français d'Afrique du Nord, 35.000 Français de Corse et 20.000 évadés. Dans son "Histoire de l'armée française de 1914 à nos jours", l'historien Philippe Masson relève qu'elle fut "une armée profondément originale comme la France n'en a jamais connu".

"Puissent les générations qui prendront la relève pour la survie de la France ne jamais oublier ce qu'elles doivent aux Africains qui venaient de loin", lit-on dans le journal de marche du 22e bataillon de marche nord-africain (BMNA), intégrée à la 1ère DFL de l'Armée d'Afrique.

Ce bataillon, né en septembre 1941 en Syrie et dissous en janvier 1946 en Algérie, intégra tirailleurs maghrébins de l'armée du Levant, Français d'Afrique du Nord, de métropole et de Corse, de toutes classes sociales et de toutes religions.

Une scène d'"Indigenes", présenté jeudi 25 mai 2006 à Cannes (© AFP)
Cliquer pour agrandir


Unité parmi les plus décorées, le 22e BMNA a compté douze Compagnons de la Libération, dont le lieutenant algérien Mohamed Bel Hadj, tué le 9 janvier 1945 en Alsace, l'un des très rares soldats maghrébins, Compagnon de la Libération.

Le journal de marche du 22e BMNA (355 tués, soit plus du tiers de son effectif, dont 156 officiers et parmi eux tous les officiers maghrébins) se confond avec l'histoire de la France Libre: Bir Hakeim (juin 1942); Garigliano (mai 1944) au pied de Monte Cassino lors de la percée alliée de la ligne Gustav vers Rome; campagnes de Provence, des Vosges et d'Alsace.

"Les tirailleurs nord-africains étaient des soldats solides et courageux, surtout les tirailleurs marocains", se souvient Jean Jaboulay, 84 ans, sergent à la 3e compagnie avec le lieutenant Bel Hadj.

A Eboulet, un hameau du village de Champagney (Vosges), une stèle porte le nom des 58 soldats du 22e BMNA, tués dans de féroces combats avec des SS allemands entre le 29 septembre et le 3 octobre 1944: quarante étaient des tirailleurs ou des sous-officiers maghrébins, les autres des Français d'Afrique du Nord, de Corse ou de métropole.

"On nous avait promis que le bataillon défilerait à son retour à Alger, décorations pendantes, se souvient René Petitot, 85 ans, caporal-chef au 22e BMNA, mais l'unité a été dissoute à la sauvette en janvier 1946", neuf mois après la répression des émeutes de Sétif (15.000 à 20.000 morts).

"Les autorités militaires ont rendu aux tirailleurs survivants, qui avaient déserté pour rejoindre la France Libre, leurs livrets militaires avec le mot +déserteur+ écrit en rouge", raconte René Petitot, mémoire du bataillon.

"Une dizaine d'années plus tard, j'ai appris que le sergent-chef Saïdoun Ben Freha, décoré de la Médaille militaire par le général de Gaulle après la percée de la ligne Gustav, avait rejoint le FLN avec tous ses tirailleurs".

Publié le: 24/05/2006 à 11:10:38 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Bruno Dumont, un cinéaste radical profondément enraciné...

» Liberté, fraternité et concorde, premiers rôles de la...

» Cannes enfonce le clou en couronnant à nouveau un cinéma...

» Ken Loach, un cinéaste néo-réaliste partisan d'un cinéma...

» Les acteurs d'"Indigènes", des parcours différents pour...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz