Maroc

Portail Maroc

Fuites de chefs d'Etat sous la pression populaire : quelques précédents - Dossiers News, Informations, Maroc, Monde, Politique, Economie, Finances, Proche Orient, Sport
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers » Tunisie: le départ de Ben Ali Dossiers » Tunisie: le départ de Ben Ali
Fuites de chefs d'Etat sous la pression populaire : quelques précédents
Le Chah d'Iran, Mohammed Reza Pahlavi, avec sa femme Farah à Marrackech, le 24 janvier 1979 quelques jours après s'être exilé d'Iran (©  - STF)
Cliquer pour agrandir
TUNIS (AFP) - La fuite de Tunisie, vendredi, du président Zine El Abidine Ben Ali, après une contestation sans précédent de son régime réprimée dans le sang, compte des précédents dans l'histoire, dont voici quelques exemples:
- Janvier 1979 - IRAN : Le 16 janvier 1979, le Chah d'Iran, poussé à la fuite par les manifestations populaires, s'exile en Egypte, signant la fin du régime impérial. La fuite de Mohammad Reza Pahlavi ouvre la voie au retour triomphal de France le 1er février 1979 de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny. La révolution islamique est victorieuse le 10 février avec le retournement de l'armée.

- Août 2003 - LIBERIA : Le président libérien Charles Taylor, ex-chef de guerre accusé d'avoir plongé une partie de l'Afrique de l'ouest dans des conflits atroces, est contraint d'abandonner le pouvoir pour un exil au Nigeria. Son départ, sous la pression d'une rébellion, de la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest), des Etats-Unis et de l'ONU, met fin à 14 ans de guerre civile (270.000 morts). En 2006, Il est arrêté au Nigeria, expulsé au Liberia puis conduit vers Freetown. Il est transféré à La Haye, où son procès devant le TSSL s'est ouvert en 2007.

- Octobre 2003 - BOLIVIE : Le chef de l'Etat bolivien Gonzalo Sanchez de Lozada démissionne et quitte la présidence en hélicoptère, en pleine nuit, à destination des Etats-Unis face une forte mobilisation populaire contre un projet gazier et sa politique ultra-libérale.

Il est toujours poursuivi en Bolivie pour la répression des manifestations, qui avait fait 65 morts et plus de 500 blessés.

Son successeur Carlos Mesa démissionnera deux ans plus tard, sur fond de manifestations en faveur de la nationalisation du secteur des hydrocarbures.

- Février 2004 - HAITI : Le président Jean-Bertrand Aristide, ancien prêtre des bidonvilles, réélu président en novembre 2000 pour un deuxième mandat de cinq ans (février 2001-février 2006), doit démissionner et quitter son pays le 29 février 2004 sous la pression de la rue et de la communauté internationale. Il s'exilera enfin en Afrique du Sud. Le pays était livré depuis près d'un mois à une insurrection armée, faisant au moins une centaine de morts et une centaine de blessés.

- Mars 2005 - KIRGHIZSTAN : Le 24 mars, le régime du président Askar Akaïev, au pouvoir depuis 15 ans, s'écroule en quelques heures sous la pression de quelques milliers de manifestants qui protestent contre les résultats des législatives et la corruption du pouvoir. Askar Akaïev fuit le pays. La Russie lui accorde l'asile. Kourmanbek Bakiev, l'un des leaders de cette révolution éclair, est chargé d'assurer l'intérim du pouvoir.

- Avril 2010: KIRGHIZSTAN : Le président Kourmanbek Bakiev, accusé de corruption et de dérive autoritaire, tombe à son tour, après un soulèvement sanglant qui fera 87 morts. L'opposition forme un gouvernement dirigé par Rosa Otounbaïeva, qui assume à partir de juin les fonctions de présidente. Bakiev s'exile au Bélarus.

Par ailleurs, en décembre 1989 en ROUMANIE, le dictateur Nicolae Ceausescu et sa femme étaient rattrapés alors qu'ils tentaient de fuir le pays: des émeutes avaient éclaté à Timisoara, déclenchant un mouvement révolutionnaire visant à renverser le régime. Le 17 décembre les forces de l'ordre avaient tiré sur des manifestants (plus de 1.000 morts). Ceausescu et sa femme Elena ont fui en hélicoptère, avant d'être arrêtés dans une Dacia près de Tirgoviste (nord de Bucarest). Ils ont été exécutés le 25 décembre à l'issue d'un procès sommaire.

Quant au président yougoslave Slobodan Milosevic, évincé en octobre 2000 après un soulèvement populaire à Belgrade, il a été lui arrêté et placé en résidence surveillée avant d'être livré au Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie à La Haye, où il est mort en mars 2006 dans sa cellule.

Publié le: 14/01/2011 à 20:50:01 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Ben Ali a quitté la Tunisie, le Premier ministre assure...

» Tunisie: le président en fuite Ben Ali arrive à Jeddah,...

» Fiche technique de la Tunisie

» EN DIRECT: Ben Ali quitte le pouvoir en Tunisie

» La joie et la prudence mêlée d'inquiétude de Tunisiens...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz