Maroc

Portail Maroc

Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers » Tunisie: la fin de l'ère Ben Ali Dossiers » Tunisie: la fin de l'ère Ben Ali
"C'est l'armée qui a lâché" Ben Ali, estime l'amiral Jacques Lanxade
L'armée déployée le 14 janvier 2011 avenue Bourguiba à Tunis (©  - Fethi Belaid)
Cliquer pour agrandir
PARIS (AFP) - L'ex-chef d'état-major français et ex-ambassadeur en Tunisie, l'amiral Jacques Lanxade, estime que "c'est l'armée qui a lâché" le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali et qu'elle peut être un "élément stabilisateur" pour sortir du chaos, dans une interview à la presse.
"C'est l'armée qui a lâché Ben Ali quand elle s'est refusée - à l'inverse de la police du régime - à faire tirer sur la foule" pendant les manifestations de la semaine passée, déclare l'amiral Lanxade dans une interview au quotidien français Le Parisien parue dimanche.

"Chef d'état-major de l'armée de terre, le général Rachid Anmar a démissionné en refusant de faire tirer l'armée et c'est probablement lui qui a conseillé à Ben Ali de s'en aller en lui disant: +tu est fini+", ajoute l'amiral.

"L'armée qui - même sous Ben Ali - a toujours été tenue à l'écart de la politique et n'était pas partie prenante dans la direction des affaires du pays, est une armée assez républicaine. Je crois que l'armée est un élément stabilisateur et modérateur. Ce n'est pas une armée de coup d'Etat même si je peux me tromper", dit-il.

"Mais il ne faudrait pas que faute de trouver une organisation politique pour assurer la transition, l'armée soit obligée d'apparaître en première ligne. Il ne me semble pas que l'on aille dans ce sens-là et l'armée n'y pousse pas du tout", ajoute-t-il.

Au pouvoir depuis 23 ans, Zine El Abidine Ben Ali a fui son pays vendredi après un mois de manifestations réprimées dans le sang. Depuis, la Tunisie est livrée aux pillages et aux violences.

Le Conseil constitutionnel a proclamé samedi "la vacance définitive du pouvoir" et la nomination de Foued Mebazaa, président du Parlement, au poste de président de la République par intérim. Selon la Constitution, des élections présidentielle et législatives doivent être organisées dans un délai de 60 jours.

Les forces armées tunisiennes comptent près de 36.000 hommes, selon l'Institut international d'études stratégiques (IISS).

Publié le: 16/01/2011 à 10:18:28 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Tunisie: premier conseil des ministres, le président...

» A Tunis, des manifestants refusent de quitter la rue...

» Tunisie: le président promet une "rupture totale", les...

» Le Maroc épargné par les troubles sociaux, mais pas à l'abri

» Tunisie: les forces politiques en présence après la...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2014 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz