Maroc

Portail Maroc

Enquête ministérielle sur un passage à tabac par la police tunisienne - Dossiers News, Informations, Maroc, Monde, Politique, Economie, Finances, Proche Orient, Sport
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers »  Tunisie: l'après Ben Ali Dossiers » Tunisie: l'après Ben Ali
Enquête ministérielle sur un passage à tabac par la police tunisienne
Un Tunisien face à des forces de l'ordre le 18 janvier 2011 à Tunis (©  - Fred Dufour)
Cliquer pour agrandir
TUNIS (AFP) - L'information était inimaginable il y a encore dix jours: le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé dimanche soir l'ouverture d'une enquête visant des policiers accusés par un jeune de l'avoir passé à tabac.
L'information est donnée par la - jusque récemment - très officielle agence TAP et rompt avec l'impunité dont jouissaient les policiers sous le régime du président Zine El Abidine Ben Ali, contraint à la fuite en Arabie Saoudite le 14 janvier par la "révolution du jasmin".

Le ministère de l'Intérieur "a autorisé les services concernés à ouvrir une enquête après les accusations formulées par un citoyen qui affirme avoir été agressé par des agents des forces de l'ordre", selon la TAP.

La victime, un jeune, avait témoigné sur l'antenne de la télévision nationale avoir été passé à tabac le 20 janvier par des policiers lui reprochant d'avoir diffusé des informations sur le réseau social Facebook, qui a joué un rôle d'information crucial en Tunisie pendant le mois de soulèvement populaire.

L'information est si surprenante qu'elle fait l'objet d'un communiqué spécifique du ministère, diffusé par TAP.

Les policiers sont aujourd'hui souvent détestés par la population qui leur reproche d'avoir constitué un des piliers du régime de Ben Ali et d'avoir réprimé dans le sang la révolte qui a fait au moins 100 morts selon l'ONU.

Ils se sont toutefois joints ce week-end aux manifestants à Tunis en partie pour se faire pardonner par la population.

Publié le: 23/01/2011 à 22:41:19 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Les proches de Ben Ali arrivés au Québec sont résidents...

» Le gouvernement sous pression de la rue jour et nuit en...

» Tunisie: la province rejoint la capitale et fait le...

» Décès d'un Algérien qui s'est immolé par le feu à l'est...

» Arrestation du chef de la TV Hannibal pour "haute...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz