Maroc

Portail Maroc

Daniel Mangeas, la voix du Tour depuis 34 ans - Dossiers News, Informations, Maroc, Monde, Politique, Economie, Finances, Proche Orient, Sport
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers » La 94e édition du Tour de France Dossiers » La 94e édition du Tour de France
Daniel Mangeas, la voix du Tour depuis 34 ans
Daniel Mangeas sur le Tour de France, le 19 juillet 2006 (© AFP - Sebastien Berda)
Cliquer pour agrandir
DUNKERQUE (AFP) - La légende familiale est formelle: Daniel Mangeas, indéboulonnable speaker du Tour depuis 34 ans, a prononcé à quelques mois ses quatre premiers mots dans cet ordre: "Papa, Maman, Robic, Bobet"!
Depuis, il a prononcé des milliers d'autres noms de cyclistes, de sa voix de basse qui appartient désormais à la musique du Tour. Sans faillir. Sans se lasser.

"La passion est et rend inoxydable", dit de lui-même ce bateleur d'estrade de 57 ans, jamais en panne d'une formule choc, d'un palmarès ou d'une anecdote sur le plus grand comme sur le plus obscur des coureurs.

Petit, Daniel Mangeas se passionne pour les reportages sur le Tour à la radio. A 15 ans, il agrippe pour la première fois un micro. Il ne le lâchera plus. "C'était une course patronale dans mon village de Saint-Martin-de-Landelles, dans le sud de la Manche, le jour même où mon idole Henri Anglade devenait champion de France", se souvient-il, "les onze commerçants du village m'avaient promis dix francs chacun si j'animais la course. Ils ont tenu parole, sauf un qui me doit toujours les dix francs..."

Qu'importe. Une passion est née. "J'ai fait un CAP de boulanger, comme Louison Bobet, mais j'ai commencé à vivre de l'animation des courses dès mon retour du service militaire, en 1972", raconte le Normand.

Deux ans plus tard, Albert Bouvet, directeur du Tour, l'invite pour la première fois sur la Grande Boucle: "Je suis parti en train de Pontorson pour Brest, où avait lieu le Grand départ. Dès l'arrivée j'ai été impressionné par l'ampleur du décor et le gigantisme du Tour. J'étais le speaker adjoint, le titulaire était Pierre Shori. On m'a placé dans la voiture de tête, une Chevrolet climatisée, ce qui était rare à l'époque, j'avais l'impression d'entrer dans le Tour par la grande porte".

Cette année là, dans l'étape de Saint-Lary-Soulan, la voiture de Pierre Shori tombe en panne. Le tout jeune provincial adjoint se retrouve seul sur la ligne pour commenter l'arrivée: "Poulidor a gagné l'étape, j'avais le coeur qui battait à 180, mais c'est un de mes plus beaux souvenirs".

Des souvenirs, Mangeas en a rangé des milliers dans son inépuisable mémoire, qu'il entretient selon une méthode archaïque mais éprouvée: "Contrairement à mes jeunes confrères, je n'ai pas adopté l'informatique. J'ai un cahier répertoire, je classe les coureurs de A à Z, j'écris à la main leur palmarès, et j'apprends par coeur. J'y passe du temps".

Cet amoureux fou du vélo a mal vécu les affaires des dernières années, et les suspicions qui pèsent sur le sport de sa vie: "Le dopage, c'est une marée noire. On nettoie, on regagne du terrain, mais il faut faire attention qu'une deuxième nappe de pollution ne vienne pas recouvrir tout ce qu'on vient de nettoyer".

Discours sincère certes, mais sous lequel perce rapidement l'agacement: "Il y a plus de coureurs honnêtes que malhonnêtes, et on a tendance à mettre tout le monde dans le même sac. C'est injuste ! Et puis, est-ce qu'on contrôle vraiment les autres sports autant que le nôtre ?"

Dimanche, au départ de Londres, Mangeas l'enthousiaste avait oublié les soucis et s'émerveillait, comme le gamin des années 50 à Saint-Martin-de-Landelles, devant l'extraordinaire ferveur populaire suscitée par le Tour. "En 34 ans, je n'ai jamais vu ça", avouait-il.

Il serait bien resté deux ou trois jours dans la capitale britannique de plus "pour visiter". Mais la caravane est repartie, et son speaker l'a suivie. Le Tour entre en France ce mardi. Le public attend la voix du Tour.

Publié le: 09/07/2007 à 15:54:24 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Tour de France: Vinokourov et Klöden déterminés à...

» Filippo Pozzato: la classe et la précocité

» 5e étape: les classements annexes

» Tour de France - 5e étape: le classement général

» Arrivée du Tour: un maire de Saône-et-Loire s'estime...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz