Maroc

Portail Maroc

La
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers »  Tunisie: l'après Ben Ali Dossiers » Tunisie: l'après Ben Ali
La "Caravane de la libération" à Tunis pour "faire tomber le gouvernement"
Manifestation à Tunis, le 22 janvier 2011 (©  - Martin Bureau)
Cliquer pour agrandir
TUNIS (AFP) - "Le peuple vient faire tomber le gouvernement": près d'un millier de jeunes Tunisiens venus du centre frondeur et déshérité du pays sont entrés dans Tunis dimanche matin, brandissant les portraits des "martyrs" de la "révolution du jasmin".
Menzel Bouzaiane, Sidi Bouzib, Regueb: les manifestants arrivent de ces foyers considérés comme les plus actifs du soulèvement populaire qui a provoqué le 14 janvier au bout d'un mois la chute du régime honni du président Zine El Abidine Ben Ali.

"Nous sommes venus pour faire tomber les derniers restes de la dictature", explique Mohammed Layani, un vieil homme drapé dans un drapeau tunisien, alors que la rue tunisienne défile quotidiennement pour demander la démission du gouvernement de transition, dominé par des caciques de l'ancien régime.

La "caravane de la libération", comme l'ont baptisée les manifestants, est partie samedi du centre du pays. Elle a rejoint dimanche matin la capitale, en dépit du couvre-feu, en alternant marche et trajets en véhicules, un convoi hétéroclite de dizaines de camions, voitures, motos, camionnettes...

Les manifestants, très majoritairement des jeunes, certains se protégeant du froid sous une large kachabia, viennent de la même région rocailleuse, où poussent oliviers et amandiers, une terre d'ouvriers agricoles et d'employés du bâtiment, très éloignée de la Tunisie des stations balnéaires de carte postale.

"Mohammed Bouazizi nous a laissé un testament: nous n'abandonnerons pas notre cause", proclamait une banderole déployée devant le ministère de l'Intérieur, dans le centre encore déserté de Tunis en cette heure matinale.

Jeune vendeur de fruits, Mohammed Bouazizi, est devenu l'icône de la "révolution du jasmin". Il s'était immolé par le feu le 17 décembre à Sidi Bouzid (centre-ouest), et sa mort avait déclenché des manifestations sans précédent qui ont provoqué la chute de Ben Ali.

"Nous voulons que ce gouvernement dégage, que le RCD (Rassemblement constitutionnel démocratique, parti de Ben Ali) soit dissout, que la population puisse travailler et vivre dans la dignité", témoigne Ameri Hatem, la tête entourée d'un keffieh blanc.

"On vient de régions lointaines à 340 km d'ici, on a marché dans le froid, pour venir dire au gouvernement: +laissez-nous choisir ceux qui doivent nous diriger+. On ne partira pas tant que nos demandes ne seront pas satisfaites", promet-il.

"Jusqu'à la chute du régime!", scandent des jeunes réunis autour de lui, poing levé.

Alors que samedi, les policiers avaient rejoint en masse les manifestations en Tunisie, bras dessus bras dessous avec des militants qu'ils matraquaient quelques jours plus tôt, le climat est plus tendu avec ces provinciaux.

"Il n'y a pas de gaz lacrymogène aujourd'hui?", ironise un jeune au front ceint d'un bandeau vert en mémoire des victimes de la répression, devant un policier en faction devant le ministère.

"Pourquoi vous nous avez fait cela?", demande aux policiers, larmes aux yeux, Mohamed Massoudi, qui porte sur une pancarte les photos de deux de ses cousins tués par balles par la police pendant les manifestations.

Le soulèvement tunisien a été violemment réprimé par la police, qui n'a pas hésité à tirer à balles réelles sur les manifestants. Selon l'ONU, au moins 100 personnes ont été tuées pendant la "révolution du jasmin".

"Ce n'est pas la révolution du jasmin, c'est la révolution du sang, et elle n'est pas terminée. Nous sommes venus pour venger le sang de nos martyrs tombés pendant l'Intifada", lance un jeune homme, cheveux courts, brandissant une photo de Mohammed Laamari, premier manifestant tombé le 24 décembre 2010 sous les balles de la police à Menzel Bouzaiane.

"On appelle toutes les provinces à rejoindre notre caravane, nous étions la première étincelle de la révolution, nous sommes venus faire tomber les derniers restes de la dictature", promet Mohammed Layani.

Publié le: 23/01/2011 à 10:28:28 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Les proches de Ben Ali arrivés au Québec sont résidents...

» Enquête ministérielle sur un passage à tabac par la...

» Le gouvernement sous pression de la rue jour et nuit en...

» Tunisie: la province rejoint la capitale et fait le...

» Décès d'un Algérien qui s'est immolé par le feu à l'est...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz