Maroc

Portail Maroc

Austérité en Europe: manifestation violente en Grèce, actions limitées ailleurs - Dossiers News, Informations, Maroc, Monde, Politique, Economie, Finances, Proche Orient, Sport
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers » Europe: la cure d'austérité Dossiers » Europe: la cure d'austérité
Austérité en Europe: manifestation violente en Grèce, actions limitées ailleurs
Manifestation contre l'austérité à Athènes le 15 décembre 2010 (©  - Kostas Tsironis)
Cliquer pour agrandir
BRUXELLES (AFP) - Grève générale en Grèce, manifestations en France, à Bruxelles, en Irlande ou en République tchèque: les syndicats européens se sont mobilisés mercredi, à la veille d'un sommet de l'UE, pour dénoncer les plans d'austérité appliqués un peu partout sur le continent.
A part en Grèce, toutefois, les actions de protestation sont restées d'une ampleur limitée.

Le point fort de cette journée, coordonnée par la Confédération européenne des syndicats (CES), était en Grèce, où une grève générale de 24 heures a été décidée et où des manifestations contre la rigueur, émaillées d'incidents assez violents, ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes.

La population a protesté contre les réductions de salaires et les nouvelles mesures d'économies prévues en 2011 dans le pays, en contrepartie des prêts accordés par l'UE et le Fonds monétaire international (FMI) à Athènes afin d'éviter la banqueroute du gouvernement.

A Bruxelles, quelque 200 à 300 personnes ont manifesté devant le siège de la Commission européenne pour y former symboliquement une "ceinture" humaine, symbole de l'austérité en Europe.

Quelques manifestants se sont déguisés en "banquiers-vampires", portant une longue cape noire sur un costume-cravate et arborant de fausses dents de Dracula. "Je suis Vlad le banquier, c'est moi qui suce le sang des travailleurs", a lancé l'un d'entre eux.

A Luxembourg, quelque 800 personnes ont manifesté près du bureau de Jean-Claude Juncker, le Premier ministre et président de l'Eurogroupe, à la veille d'un sommet des dirigeants des pays de l'UE à Bruxelles, consacré aux moyens de faire face à la crise financière dans la zone euro.

A Prague, environ 200 policiers et pompiers tchèques ont manifesté dans le centre de Prague pour protester contre des mesures gouvernementales d'économie, incluant une baisse de leurs salaires.

"Nous vous protégeons, vous nous liquidez!", disait une banderole.

En France, un à deux milliers de personnes, selon les sources, ont manifesté devant le ministère des Finances à Paris, à l'appel de cinq syndicats, contre "l'austérité" en France et en Europe.

Une grande banderole représentant un billet de 500 euros, frappé du drapeau de l'UE, a été suspendue devant le ministère.

En parallèle, dans le cadre d'un conflit distinct, la Tour Eiffel a été fermée au public en raison d'un mouvement de grève reconductible de ses personnels qui se plaignent des méthodes de la direction de la société d'exploitation du site.

Enfin en Irlande, une organisation de gauche appelait à une manifestation mercredi à 18h00 GMT "contre le plan d'austérité" imposé par l'Union européenne et le FMI, en échange du prêt de 85 milliards d'euros octroyé à Dublin.

Publié le: 15/12/2010 à 17:47:31 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Le Parlement irlandais approuve le plan d'aide international

» Grande-Bretagne: l'austérité a un goût trop amer pour...

» Action symbolique des syndicats devant la Commission à...

» Italie: coupes dans le budget de la Culture: Pompéi...

» Estonie: de jeunes familles victimes de la crise

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2014 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz