Maroc

Portail Maroc

L'après Ben Ali: une nouvelle carte politique à dessiner - Dossiers News, Informations, Maroc, Monde, Politique, Economie, Finances, Proche Orient, Sport
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Dossiers » Tunisie: la fin de l'ère Ben Ali Dossiers » Tunisie: la fin de l'ère Ben Ali
L'après Ben Ali: une nouvelle carte politique à dessiner
Le président par intérim  Fouad Mbazaa (D) et le Premier ministre Mohamed Ghannouchi arrivent au palais gouvernementale à Tunis, le 17 janvier 2011 (©  - Str)
Cliquer pour agrandir
TUNIS (AFP) - Après l'effondrement du régime autoritaire du président tunisien Ben Ali, un nouveau paysage politique démocratique doit émerger et aucun parti ne peut prétendre dans l'immédiat à un rôle prédominant, estiment lundi des analystes.
"A l'heure actuelle et en l'absence de toute compétition électorale saine et loyale, il est difficile de dessiner une cartographie des forces politiques en Tunisie", souligne Larbi Chouikha, un politologue.

"Cependant, on peut dégager trois grands ensembles qui peuvent apparaître sur la scène politique à travers des élections libres et démocratiques", dit-il, identifiant les islamistes, les forces laïques et les nationalistes arabes associés à des éléments de gauche.

En marge, il y a l'extrême gauche qui a des ancrages dans les milieux syndicaux tandis que le futur statut du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), le parti de Zine El Abidine Ben Ali, reste une inconnue pour M. Chouikha.

"Dans ce tableau, il convient aussi de voir ce que deviendra le RCD. probablement, il changera de nom pour réapparaître sous une autre étiquette avec d'autres dirigeants", souligne-t-il, alors que la rue exige sa disparition pure et simple.

Pour le moment, les consultations pour la formation d'un gouvernement d'union nationale, menées par le Premier ministre sortant Mohammed Ghannouchi, excluent les islamistes et l'extrême gauche, leurs formations respectives, le Mouvement Ennahdha et le Parti ouvrier tunisien (POCT), n'étant pas légales.

Ce cabinet attendu normalement lundi, serait conduit par M. Ghannouchi, issu du RCD, et inclurait donc les laïques et les nationalistes.

Selon un dirigeant de l'un de ces trois courants, il fera également appel à des indépendants, des technocrates expérimentés parmi les ministres sortants pas trop marqués politiquement, et des représentants de la société civile. En seront exclus, les partis satellitaires de l'ancien régime.

"Il a été décidé de manière consensuelle d'écarter les partis pro-gouvernementaux. Le nouveau gouvernement sera composé de représentants du mouvement Ettajdid (ex-communiste), du Parti Démocratique progressiste (PDP - coalition de nationalistes et de représentants de la gauche), du Front démocratique pour le travail et les libertés (FDTL - gauche démocratique), ainsi que de personnalités indépendantes", a déclaré dimanche à l'AFP Maya Jribi, secrétaire générale du PDP.

Par partis pro-gouvernementaux, Mme Jribi désignait la kyrielle de formations fidèles à Ben Ali et qui formaient une opposition de façade à l'ancien pouvoir en contre-partie de sièges au Parlement et de privilèges.

"Nous voulons une équipe cohérente et convaincue de ses principes", a souhaité Ahmed Ounaïs, ancien diplomate et analyste à propos du gouvernement de transition appelé à mener le pays vers une transformation démocratique.

Des élections présidentielle et législatives doivent se tenir dans un délai maximum de deux mois selon la Constitution. Mais l'idée de les retarder, même si la Constitution ne le prévoit pas, commence à être évoquée pour permettre à l'équipe de transition de mieux préparer ces consultations.

De manière générale, le pays doit rompre avec le passé, selon M. Ounaïs, avec la tradition de l'homme "providentiel ou messianique", incarnée par le père de l'indépendance Habib Bourguiba et son successeur Ben Ali, et marquée par la domination du parti présidentiel.

Dans cette perspective, cet analyste écarte la probabilité d'un rôle prédominant des islamistes, dont le chef historique, Rached Ghannouchi, exilé en Grande-Bretagne, a annoncé son prochain retour au pays.

Ce parti a été interdit par l'ancien régime et ses militants ont subi une répression sans merci des services de sécurité de Ben Ali.

Publié le: 17/01/2011 à 13:37:37 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Tunisie: premier conseil des ministres, le président...

» A Tunis, des manifestants refusent de quitter la rue...

» Tunisie: le président promet une "rupture totale", les...

» Le Maroc épargné par les troubles sociaux, mais pas à l'abri

» Tunisie: les forces politiques en présence après la...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz