Maroc

Portail Maroc

Turquie: la romancière Shafak acquittée à l'ouverture de son procès controversé Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde Monde
Turquie: la romancière Shafak acquittée à l'ouverture de son procès controversé
ISTANBUL (AFP) - La romancière turque Elif Shafak a été acquittée jeudi à l'ouverture de son procès controversé et très médiatisé à Istanbul pour avoir "insulté l'identité nationale" dans un livre sur les massacres d'Arméniens sous l'empire ottoman.
Mme Safak risquait jusqu'à trois ans de prison pour les propos de personnages fictifs de son dernier roman, "Baba ve Piç" ("Le Père et le Bâtard"), publié en mars en Turquie.

Le procureur et les juges ont estimé qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves à l'encontre de la romancière, qui n'était pas présente à la première audience de son procès devant une cour d'assises du palais de justice de Beyoglu, dans le centre-ville, car elle a accouché samedi d'une petite fille.


Environ 200 policiers anti-émeutes étaient déployés sous la pluie aux alentours du palais de justice de Beyoglu, dans le centre-ville de la métropole, afin d'empêcher tout débordement.

L'audience n'a duré qu'une vingtaine de minutes avant que les juges décident de blanchir la romancière de tout les chefs d'accusation.

Une trentaine de manifestants ultra-nationalistes brandissant le drapeau turc ont été tenus à l'écart du palais par la police tandis que de nombreux intellectuels étaient présents pour soutenir la romancière, lauréate de plusieurs prix.

"Je suis contente", a-t-elle déclaré à la chaîne d'information NTV au téléphone, affirmant que la disposition aux termes de laquelle elle a été accusé était trop vague.

Elle a en outre rejeté qu'elle ait voulu insulter l'identité turque dans son ouvrage. "Tout au contraire, j'ai oeuvré au rapprochement des peuples arménien et turc", a ajouté l'auteur de plusieurs best-sellers et enseignante à l'université de l'Arizona (Etats-Unis).

Elle est la dernière en date d'une série d'intellectuels poursuivis au titre d'un article controversé du code pénal turc, portant sur le "dénigrement de l'identité nationale" et dont l'Union européenne réclame la modification de façon à respecter la liberté d'expression.

L'article 301 a déjà servi de base à l'ouverture de poursuites, finalement abandonnées, contre le célèbre écrivain Orhan Pamuk et conduit à la condamnation du journaliste arménien de Turquie Hrant Dink à six mois de prison avec sursis.

Personne n'a encore été emprisonné en raison de cet article, mais des dizaines d'autres affaires sont en attente.

La question arménienne est ultra-sensible en Turquie qui n'admet pas le terme de "génocide", reconnu par plusieurs pays, pour les massacres d'Arméniens commis de 1915 à 1917 sous l'empire ottoman.

Publié le: 21/09/2006 à 09:08:38 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La Belgique est officiellement entrée en récession

» Sénégal: l'opposition promet une "nouvelle stratégie",...

» Russie: Poutine prêt à un deuxième tour, même s'il...

» L'Europe toujours saisie par le froid, des dizaines de morts

» Tunisie: première visite de la directrice du FMI...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz