Maroc

Portail Maroc

De la taille d'un chat à celle d'un éléphant en 20 millions d'années Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Sc / Environnement Monde » Sc / Environnement
De la taille d'un chat à celle d'un éléphant en 20 millions d'années
WASHINGTON (AFP) - Une équipe internationale de recherche a déterminé que les mammifères terrestres ont atteint leur masse maximum en vingt millions d'années, une évolution qui a vu un animal de la taille d'un chat atteindre celle d'un éléphant, selon des travaux publiés lundi.
Pour les mammifères marins comme les baleines, il a fallu deux fois moins de temps pour parvenir à la taille maximale, ont également indiqué ces chercheurs dont Jessica Theodor, de l'Université de Calgary au Canada, qui explique que ces animaux aquatiques ont notamment accès à une nourriture plus riche que sur le sol où l'herbe et les végétaux sont les principales sources d'alimentation.

En outre, le fait d'évoluer dans l'eau ne nécessite pas autant de structures osseuses et musculaires pour supporter le poids du corps comme c'est le cas pour les grands mammifères vivant sur le terre ferme.


"Notre recherche révèle pour la première fois l'histoire à grande échelle des mammifères en terme de rythme de croissance", poursuit cette scientifique, qui est l'un des principaux auteurs de l'étude parue dans les Annales de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS) datées du 30 janvier au 3 février.

"Cette approche diffère de la plupart des recherches sur l'évolution des mammifères qui se concentrent surtout sur la micro-évolution ou les changements qui se produisent dans des espèces animales spécifiques", souligne cette professeur adjointe de biologie à l'Université de Calgary.

Les mammifères ont commencé à grossir rapidement après l'extinction des dinosaures il y a 65 millions d'années, accélérant alors leur développement pour atteindre leur taille maximale dans les vingt millions d'années qui ont suivi.

Cette recherche s'est penchée sur 28 différents types de mammifères présents au cours des 70 derniers millions d'années en Afrique, Eurasie, Amérique du Nord et du Sud, ainsi que dans tous les bassins océaniques.

Ces chercheurs ont été également surpris de découvrir que les gros mammifères ont vu leur taille se réduire encore plus rapidement (quelquefois jusqu'à dix fois plus rapidement chez certains mammifères) dans le processus de l'évolution pour, supputent-ils, survivre face à un manque de nourriture, notamment sur les îles.

"Un grand nombre d'espèces ayant vu leur taille se réduire, comme le mammouth, l'hippopotame et l'hominidé nains découverts sur l'île de Flores en Indonésie, ont disparu", relève Jessica Theodor dans un entretien avec l'AFP.

Elle note que plus de 90% de toutes les espèces animales ayant existé sur la Terre se sont éteintes.

Cette étude aidera les chercheurs à mieux comprendre l'évolution des mammifères, ainsi que les facteurs augmentant ou au contraire ralentissant le rythme de leur croissance et contribuant potentiellement à leur extinction.

Pour mieux reconstituer l'histoire de la vie des espèces éteintes, ces chercheurs ont utilisé comme référence de calcul les générations car les mammifères n'ont pas tous la même espérance de vie.

Une souris vit par exemple deux ans, comparé à 80 ans pour un éléphant.

Publié le: 30/01/2012 à 20:15:22 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La testostérone peut induire des attitudes égocentriques

» Le centre de la parole dans le cerveau n'est pas là où...

» Une banque du sperme pour la Grande barrière de corail...

» A Davos, une machine pour décoder le génome individuel...

» Les effets négatifs du réchauffement sur le blé...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz