Maroc

Portail Maroc

Syrie: l'opposition conclut un accord en vue de la
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Moyen Orient Monde » Moyen Orient
Syrie: l'opposition conclut un accord en vue de la "transition"
DAMAS (AFP) - L'opposition syrienne, tablant sur un renversement du président Bachar al-Assad, a signé un accord en vue de la "période de transition" alors que les observateurs arabes ont exigé le retrait des villes des tireurs embusqués responsables de la mort de nombreux civils.
Malgré la présence de ces observateurs censés rendre compte de la situation sur le terrain en Syrie, les forces du régime continuent de réprimer sans pitié les manifestants pro-démocratie, faisant encore deux morts samedi à Homs (centre), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

En revanche, le chef de l'"Armée syrienne libre" (ASL), formée de déserteurs de l'armée régulière, Riad al-Assaad, a affirmé que les opérations de son organisation contre les forces de sécurité étaient suspendues pendant la visite des observateurs de la Ligue arabe arrivés le 26 décembre en Syrie.


Au Caire, deux principaux mouvements de l'opposition syrienne, le Comité national pour le changement démocratique (CNCD) et le Conseil national syrien (CNS), ont annoncé avoir signé vendredi soir un accord en vue d'une "transition" vers un Etat démocratique.

Le texte, signé par le chef du CNS Burhan Ghalioun et un membre du CNCD Haytham Manaa, "définit les principes de la lutte démocratique pour la période de transition" et "rejette toute intervention militaire qui porterait atteinte à la souveraineté et à l'indépendance du pays", a indiqué le CNCD dans un communiqué.

Le CNS est une coalition des plus importants partis de l'opposition dont des islamistes, des libéraux et nationalistes. Le CNCD regroupe des partis "nationalistes arabes", kurdes, socialistes et marxistes ainsi que des indépendants.

L'accord stipule également la nécessité de "protéger les civils par tous les moyens légaux" et les deux groupes y saluent les "positions adoptées par les officiers et soldats qui ont refusé les ordres du régime de tuer les manifestants civils pacifiques appelant à la liberté", en référence aux déserteurs.

Dans le même temps, les observateurs continuent leur mission qui fait partie d'un plan de sortie de crise de la Ligue arabe, prévoyant l'arrêt des violences, la libération des détenus, le retrait de l'armée des villes et la libre circulation dans le pays pour les observateurs arabes et la presse.

L'OSDH, basé en Grande-Bretagne, a diffusé une vidéo montrant un homme portant un gilet orange avec le logo de la Ligue arabe qui dénonçait la présence de snipers dans la ville de Deraa (sud), berceau de la contestation. "Il y a des tireurs embusqués, nous les avons vus", disait-il sur la vidéo datée de vendredi.

"Nous demandons aux autorités de les retirer immédiatement. S'ils ne sont pas retirés dans moins de 24 heures, nous prendrons des mesures", a-t-il affirmé. "Sinon nous serions venus pour rien".

Les vidéos, capturées par portables et diffusées sur internet par les militants et de simples habitants, constituent quasiment les seuls témoignages de la situation en Syrie, secouée depuis la mi-mars par une révolte réprimée dans le sang et où les autorités limitent drastiquement l'accès des médias étrangers.

Des analystes ont averti que le dossier syrien "sera transféré" au Conseil de sécurité de l'ONU en cas d'échec de la mission des observateurs, mettant en avant le comportement des forces syriennes qui tentent de limiter les déplacements des observateurs et empêchent leurs contacts avec la population.

L'ONU a jugé "impératif que la mission des observateurs dispose d'un accès sans restriction" et que son "indépendance et impartialité soient entièrement préservées".

De son côté, le colonel Assaad, basé en Turquie, a affirmé que son groupe avait "décidé de suspendre toutes les opérations depuis le début de la mission des observateurs, sauf en cas d'auto-défense".

"Les massacres augmentent quotidiennement, nous ne pouvons pas supporter davantage. Avant, 20 personnes étaient tuées par jour, maintenant ce bilan est de l'ordre de 50", a-t-il ajouté.

Samedi, les forces de sécurité ont tiré en l'air pour disperser des milliers de manifestants qui participaient à Douma près de Damas aux funérailles de personnes tuées, selon l'OSDH. A Idleb (nord-ouest), des funérailles se sont transformées en une gigantesque manifestation, selon l'OSDH.

Vendredi, des centaines de milliers de personnes avaient organisé des manifestations massives contre le régime, le mouvement de contestation ne montrant aucun signe d'essoufflement. Selon l'OSDH, 32 civils ont été tués par les troupes.

Selon une estimation de l'ONU, plus de 5.000 personnes ont été tuées dans la répression depuis la mi-mars et plus de 14.000 arrêtées.

Publié le: 31/12/2011 à 18:29:21 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Afghanistan: le Pakistan accusé par l'Otan de soutenir...

» Syrie: les combats s'intensifient, blocage à l'ONU

» Egypte: les 25 travailleurs chinois, enlevés par des...

» Mort de Gilles Jacquier: M. Juppé demande que Damas...

» Egypte: les promesses de l'armée assombries par les...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz