Maroc

Portail Maroc

Russie: Poutine prêt à un deuxième tour, même s'il l'estime déstabilisateur Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde Monde
Russie: Poutine prêt à un deuxième tour, même s'il l'estime déstabilisateur
MOSCOU (AFP) - Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a estimé mercredi qu'un deuxième tour à la présidentielle de mars, dont il est le favori, était "possible", tout en jugeant qu'il s'agirait d'une source de "déstabilisation" pour le pays.
"Un deuxième tour est possible conformément à notre législation (...). Je comprends bien, et vous le comprenez aussi je pense, qu'un second tour signifiera le prolongement d'une forme de combat, et donc d'une certaine déstabilisation de notre situation politique", a-t-il déclaré, selon les agences russes, devant des observateurs électoraux russes.

"Mais il n'y a rien d'effrayant à ça, je suis prêt, et s'il le faut nous travaillerons pour le deuxième tour", a ajouté l'homme fort de la Russie.


Il a par ailleurs relevé qu'un risque existait que ses partisans ne fassent pas le déplacement aux urnes le 4 mars, estimant que sa victoire était acquise.

"Il y a le risque que beaucoup de gens, mes partisans, ne viennent pas en partant du principe +il va gagner, pourquoi y aller+", a ajouté l'ex-agent du KGB, avant d'appeler les observateurs à dénoncer "toutes les violations" lors de la présidentielle.

Pour l'analyste Nikolaï Petrov, M. Poutine cherche, en évoquant la possibilité d'un deuxième tour, à convaincre les Russes que le scrutin du 4 mars ne sera pas marqué par des fraudes, au moment où il est confronté à un important mouvement de contestation.

"Il ne veut pas d'un deuxième tour, et je ne pense pas qu'il y en aura un. Mais il veut que les gens pensent qu'il s'agit d'une vraie élection, que les choses n'ont pas été déterminées à l'avance", estime ce politologue du centre Carnegie de Moscou.

Selon un sondage du centre Levada, proche de l'opposition, seuls 49% des Russes considèrent que la présidentielle sera dans l'ensemble "honnête". A l'inverse, 28% des personnes interrogées estiment que le scrutin sera "malhonnête" ou "plutôt malhonnête", tandis que 23% se disent sans opinion.

M. Poutine est le grand favori de la présidentielle. Les autres candidats sont le milliardaire Mikhaïl Prokhorov et les dirigeants des trois partis adoubés par le Kremlin, le communiste Guennadi Ziouganov, le populiste Vladimir Jirinovski et le chef du parti Russie juste, Sergueï Mironov.

Les sondages accordent actuellement au Premier ministre russe environ 50% des suffrages, alors qu'il avait remporté les présidentielles de 2000 (environ 53%) et 2004 (environ 71%) dès le premier tour.

Par ailleurs, M. Poutine a assuré mercredi qu'il ne s'accrocherait pas au pouvoir s'il devait perdre un jour le soutien des Russes.

"Je ne veux pas, et je ne vais pas travailler s'il n'y a pas de soutien (de la population - ndlr), ça n'aurait aucun sens. Dans ce cas là, il faudra que d'autres essayent de faire mieux", a-t-il dit

La Russie connaît une vague de contestation sans précédent depuis l'avènement à la tête du pays en 2000 de M. Poutine. Elle a été déclenchée par les législatives de décembre dernier, marquées par des fraudes selon l'opposition et des observateurs russes et étrangers.

Des dizaines de milliers de Russes ont manifesté à Moscou à deux reprises en décembre et prévoient de défiler de nouveau samedi dans la capitale.

Premier ministre depuis quatre ans, M. Poutine espère revenir cette année au Kremlin, qu'il avait dû quitter après deux mandats consécutifs (2000-2008), laissant la place à son dauphin Dmitri Medvedev. Ce dernier a annoncé en septembre qu'il s'effaçait pour permettre le retour de son mentor.

Une réforme de la Constitution a par ailleurs prolongé le mandat à la présidence de quatre à six ans, si bien que M. Poutine pourra, en cas d'élection en 2012, se faire réélire une fois de plus en 2018.

Publié le: 01/02/2012 à 15:01:04 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La Belgique est officiellement entrée en récession

» Sénégal: l'opposition promet une "nouvelle stratégie",...

» L'Europe toujours saisie par le froid, des dizaines de morts

» Tunisie: première visite de la directrice du FMI...

» Etats-Unis: le républicain Mitt Romney remporte...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz