Maroc

Portail Maroc

Le Royaume Uni autorise l'extradition vers les Etats-Unis d'un pirate informatique Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Nouvelles technologies Monde » Nouvelles technologies
Le Royaume Uni autorise l'extradition vers les Etats-Unis d'un pirate informatique
LONDRES (AFP) - Un Britannique accusé d'avoir piraté les ordinateurs de la Nasa et du Pentagone a perdu mercredi son appel contre son extradition vers les Etats-Unis, où il risque jusqu'à 70 ans de prison.
Gary McKinnon, un chômeur de 42 ans présenté par la justice américaine comme l'auteur du plus grand piratage informatique militaire de tous les temps, avait fait appel devant la chambre des Lords, plus haute instance judiciaire du pays. Il contestait la décision de la Haute cour de Londres qui en mai 2007 avait autorisé son extradition outre-atlantique pour qu'il soit traduit devant un tribunal pour sabotage de systèmes cruciaux de la défense américaine.

Les Law Lords ont rejeté son appel mercredi, ouvrant la voie à l'extradition de ce passionné d'extraterrestres.


Il est accusé d'avoir, depuis sa chambre dans le nord de Londres, piraté et endommagé dans certains cas une centaine d'ordinateurs de l'armée britannique, de la marine, de l'armée de l'air, du Pentagone et de la Nasa entre février 2001 et mars 2002.

Les avocats de McKinnon, vivant à Enfield (nord de Londres), avaient argué que leur client risquait d'être envoyé vers le centre de détention de la base américaine de Guantanamo (Cuba), en tant que suspect de terrorisme.

McKinnon a toujours affirmé qu'il avait pénétré les systèmes informatiques américains par curiosité et pour rechercher des informations sur les ovnis, soulignant qu'il avait pu agir "ridiculement" facilement.

Mais les autorités américaines ont affirmé de leur côté qu'il avait subtilisé 950 mots de passe et notamment effacé des fichiers informatiques de la base navale d'Earle (New Jersey, nord-est des Etats-Unis) qui gère les approvisionnements en munition de la flotte déployée en Atlantique.

Une attaque informatique contre une base navale, intervenue peu après les attentats du 11 septembre 2001, aurait notamment rendu impossible l'utilisation de systèmes militaires d'importance vitale.

Les Etats-Unis ont chiffré le montant des dégâts à 700.000 dollars (580.000 euros).

Publié le: 30/07/2008 à 10:29:13 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Le fondateur de Wikileaks Julian Assange comparaît...

» Google Maps: Google condamné en France pour abus de...

» Avec Twitter les commissaires européens goûtent au...

» Orange réalise une marge de l'ordre de 35% dans la...

» Hirai remplace Stringer à la tête de Sony confronté à de...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz