Maroc

Portail Maroc

Les Riads de Marrakech, un patrimoine architectural en quête de sauvegarde  et de revalorisation Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Maroc » Art / Culture Maroc » Art / Culture
Les Riads de Marrakech, un patrimoine architectural en quête de sauvegarde et de revalorisation
MARRAKECH (MAP) - Véritables bijoux architecturaux, lieux d'exposition des chefs-d'£uvre de l'artisanat marocain et espaces par excellence de perpétuation d'un mode de vie ancestral, les Riads de Marrakech, qui peuvent être décrits par autant de qualificatifs plus ou moins élogieux, renferment un patrimoine architectural en quête de sauvegarde et de revalorisation.
Le Riad, dont l'étymologie renvoie au terme arabe "" Raoud "" qui signifie jardin du paradis, est une demeure dont la superficie dépasse les 350 m2, composée notamment d'une maisonnette annexe réservée aux invités appelée ""Douiria "", d'un patio avec une fontaine centrale ou murale et des espaces verts, d'un "" Menzeh "" et d'un "" Bahou "".

Ces Riads étaient autrefois habités par des familles aisées qui possédaient les moyens de s'offrir les plus belles réalisations de l'artisan marocain, dont des portes sculptées, des plafonds en bois de cèdre ou en plâtre sculptés ou peints, ainsi que des objets en marbre et en moucharabieh, autant de styles décoratifs qui reflètent une époque historique donnée tout en reprenant les beautés de la nature marocaine.


Ces lieux chargés d'histoire et de culture figurent aujourd'hui parmi les établissements d'hébergement les plus prisés des touristes étrangers qui n'hésitent pas à mettre la main à la poche pour acquérir et aménager l'un de ces Riads capable de transporter ses hôtes aux temps des mille et une nuit.

Une fois acquis soit pour un usage personnel soit pour être transformés en maisons d'hôtes, ces Riads, dont la majorité se trouve souvent dans un état délabré dû au manque d'entretien, subissent lors de leur restauration des changements qui peuvent parfois altérer leur style architectural traditionnel et leur mode de décoration.

Des bassins, des piscines, des solariums, des styles de décoration importés d'autres cieux et incohérents avec l'espace peuvent faire leur apparition, lui conférant ainsi un aspect autre que celui voulu initialement par ses fondateurs.

Considérées par certains comme l'embellissement d'un espace beau et charmant qui nécessitait une touche dictée par les nouvelles fonctions de ces bâtiments en tant que lieu d'accueil d'une clientèle exigeante, ces transformations sont vues par d'autres comme une "" atteinte au patrimoine architectural marocain "".

Ce dernier avis est partagé par le président fondateur de l' Association des Maisons d'Hôtes de Marrakech et du Sud, M. Abdelhak Aït El Haraj qui souligne que "" dans ce passage vers les maisons d'hôtes, plusieurs riads ont disparu, tandis que d'autres ont été dénaturés "", estimant que ceci est dû "" au manque de savoir du promoteur, de la personne chargée des travaux ou du client lui-même vis-à-vis de l'architecture et de la culture marocaines "".
"" Si je pouvais découper un plafond en bois datant de 300 ou 400 ans et orné de couleurs naturelles comme le bleu Majorelle, le rouge, le jaune, parce que le Riad va tomber en ruine, au lieu de le détruire, je le ferai, car ces couleurs là on ne les retrouvera plus jamais "", a-t-il ajouté.

M. Aït El Haraj a estimé qu'il n'est pas difficile de sauvegarder la spécificité et l'authenticité d'un riad, exhortant les entrepreneurs chargés de restaurer ces demeures à prodiguer des conseils à leurs clients pour les inciter à respecter les normes de l'architecture traditionnelle marocaine.

Il a, dans le même sens, appelé l'ensemble des responsables concernés à mettre en place une sorte de bureau de conseil qui aura pour mission d'orienter les personnes intéressées en leur fournissant toutes les informations nécessaires en la matière.

Même son de cloche chez le président du Conseil Régional de l'Ordre des Architectes du Tensift, M. Mohammed El Anbassi, qui considère que l'investissement dans les maisons d'hôtes "" ne doit pas se faire au détriment de notre culture et de nos traditions, surtout dans l'ancienne médina qui constitue le c£ur historique de la ville des sept saints "".

"" Les Riads sont des trésors inestimables que nos ancêtres nous ont légués et que nous sommes appelés à préserver pour les générations futures "", a-t-il conclu.

Parmi les symboles les plus éloquents de la richesse de la culture et de l'art de vivre marocains, les riads doivent bénéficier de tout l'intérêt qu'ils méritent et pourquoi pas être considérés comme des monuments historiques à part entière.
Publié le: 17/10/2007 à 09:45:35 GMT Source : MAP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La voix du chancelier Bismarck découverte sur un...

» "Sur la planche": l'énergie brute des "filles...

» Le musée Toulouse-Lautrec d'Albi, transformé, rouvrira...

» L'un des premiers opéras payants, "Egisto", pour la...

» Avec "Elles", Juliette Binoche s'expose et se dévoile

Suite »

Ressources web

» Ministère de la Culture

» Ministère de la Communication

» UNESCO Maroc

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz