Maroc

Portail Maroc

Les résultats des élections attendus vers 20H00 Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Maroc » Politique / Diplomatie Maroc » Politique / Diplomatie
Les résultats des élections attendus vers 20H00
Les résultats des élections législatives marocaines, qui se sont tenues vendredi pour renouveler la Chambre des représentants, ne devraient être diffusés que vers 20H00. Initialement, les résultats étaient attendus pour midi. Ce report "technique" plonge l'opinion publique dans un grand attentisme.
Les seules indications recueillies, dans la nuit de vendredi à samedi, ont concerné une "importante progression" qu'auraient enregistrée les islamistes modérés du Parti Justice et Développement (PJD) et un faible taux de participation au scrutin, situé entre 52 et 55%.

C'est le ministre marocain de l'Intérieur, M. Driss Jettou, qui a donné ces indications, selon les résultats nationaux provisoires, à un groupe de journalistes qui participait à une soirée électorale organisée dans les locaux de son ministère.


Selon le ministre, le PJD, seul parti islamiste représenté dans l'actuelle Chambre des représentants - où il compte 14 députés sur un total de 325 sièges - pourrait voir sa représentation doubler dans l'assemblée issue du scrutin de samedi.

Toujours selon M. Jettou, le taux de participation définitif pourrait s'établir dans une fourchette de 52 à 55% des inscrits, en baisse sensible par rapport au taux déjà faible de 58,3% enregistré lors du précédent scrutin législatif, en 1997.

Le résultat du PJD constituait l'une des grandes inconnues des élections législatives marocaines qui se sont déroulées vendredi au scrutin de liste à la proportionnelle.

Interrogé par l'AFP, M. Abdelilah Benkirane, membre du secrétariat général du PJD a estimé que, si l'estimation du ministre de l'Intérieur devait se confirmer, il s'agirait pour son parti d'un "succès raisonnable". Il a rappelé que le PJD n'avait présenté de listes que dans 56 circonscriptions sur les 91 que compte le pays, limitant "volontairement" sa progression électorale.

Un peu plus de 14 millions de Marocains étaient appelés aux urnes vendredi, pour ce rendez-vous électoral qui n'a été perturbé que par des incidents localisés et quelques tentatives de fraude.

Ces élections, dont les autorités veulent faire un symbole de la "démocratisation" du royaume, se sont généralement déroulées dans le calme et sans que des irrégularités autres que ponctuelles aient été signalées.

Le roi du Maroc Mohammed VI et le gouvernement sortant d'Abderrahmane Youssoufi, Premier ministre et chef de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), avaient insisté sur leur volonté d'assurer l'honnêteté et la transparence du processus électoral.

Grâce à des listes "nationales" réservées aux femmes, la future Chambre des représentants devrait compter au moins 30 femmes députés, contre deux dans la présente assemblée.

L'association islamiste la plus influente, Al Adl Wal Ihssane (Justice et bienfaisance), avait implicitement appelé au boycottage des élections, comme l'ont fait certains mouvements d'extrême gauche.

Les autorités s'étaient inquiétées des répercussions possibles sur le taux de participation du nouveau scrutin de liste, assez complexe, inauguré à l'occasion de cette élection.

Les quelques sondages publiés dans la presse pendant la campagne électorale avaient placé en tête des intentions de vote les deux principales formations de la majorité actuelle, l'USFP et l'Istiqlal (nationaliste).

Le nouveau gouvernement pourrait, dans ces conditions, se situer dans la continuité du "gouvernement d'alternance" mis en place en 1998 par le roi défunt Hassan II avec plusieurs partis de l'opposition de gauche. (Source: AFP)
Publié le: 28/09/2002 à 11:45:26 GMT
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» "Sans tricher", Eva Joly se livre dans une...

» Sondages: un duel Hollande-Sarkozy se confirme,...

» EXCLUSIF AFP - Bettencourt : Eric Woerth convoqué la...

» Séquestration à La Poste: Olivier Besancenot jugé en...

» Comme Hollande, Sarkozy dénonce les banquiers et la...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz