Maroc

Portail Maroc

Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Art / Culture Monde » Art / Culture
"Qui a peur de Virginia Woolf?": ça grince et ça balance au TNBA à Bordeaux
BORDEAUX (AFP) - "Qui a peur de Virginia Woolf?", la célèbre pièce de l'Américain Edward Albee présentée au Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine (TNBA) jusqu'au 21 mars offre une version ultra-moderne d'un jeu de massacre entre couples dans une mise en scène signée par Dominique Pitoiset.
Après Bordeaux, cette création du TNBA est promise à une tournée en France qui débutera par Paris à l'automne 2010.

Créée par Albee en 1962, la pièce a été montée au théâtre par Ingmar Bergman à Stockholm et par Franco Zeffirelli à Venise, avant d'être portée à l'écran en 1966 par Mike Nichols avec Elizabeth Taylor et Richard Burton.


En 2005, à l'occasion d'une reprise à New York, Albee a retouché son texte pour le rendre plus moderne, et dans la traduction française de Daniel Loayza, la pièce, dynamique, cruelle et ironique, n'a pas pris une ride.

Dans un décor froid de laboratoire -- fauteuils de cuir blanc inondés de lumière crue -- deux couples, l'un usé par des années de mariage, l'autre fraîchement sorti de l'enfance, passent les dernières heures d'une soirée arrosée où les apparences s'effritent à mesure que les verres se vident.

Comme un jeu pervers bien huilé, Georges (Dominique Pitoiset) et Martha (Nadia Fabrizio) s'échangent répliques cinglantes et allusions blessantes devant les jeunes tourtereaux Nick (Cyril Texier) et Honey (Déborah Marique), gênés d'assister au déballage de vieilles rancoeurs dans un salon si bourgeois.

Les deux hommes appartiennent au milieu universitaire: Georges, alors prometteur universitaire, a épousé voici 20 ans la fille du président de l'université mais a échoué à faire carrière tandis que Nick, brillant biologiste, brûle d'ambition. Martha, amère, séduit Nick par provocation.

Ca fuse, ça grince mais au détour de bons mots, et parfois de mots tendres, on sent poindre la complicité du vieux couple. Sont-ils malgré tout encore amoureux ? Les masques tombent peu à peu dans une tension dramatique croissante.

"Si je parvenais à faire entendre comment ils parviennent à se tendre la main et à se toucher à travers toutes les ruines, j'aurais vraiment atteint mon but", confie dans le livret Dominique Pitoiset, qui s'intéresse à "la mise en jeu de ce qu'on pourrait appeler une crise morale sur fond de crise sociale ou économique".

En appui du texte déjà très fort, un écran montre de temps à autre des images d'un campus vide, filmé par quelqu'un ayant l'air de chercher une porte de sortie pour prendre la fuite. Mais ses pas ne le mènent que dans un dédale de couloirs et aux portes d'amphis silencieux.

Albee avait choisi le titre "Qui a peur de Virginia Woolf ?", une plaisanterie associant le refrain des trois petits cochons du dessin animé de Walt Disney au nom d'une figure de la littérature anglophone.

"C'est peut-être que le loup qui fait trembler les personnages est une menace qui rôde dans l'époque", glisse dans le livret le metteur en scène.

Publié le: 19/03/2009 à 11:32:05 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La voix du chancelier Bismarck découverte sur un...

» "Sur la planche": l'énergie brute des "filles...

» Le musée Toulouse-Lautrec d'Albi, transformé, rouvrira...

» L'un des premiers opéras payants, "Egisto", pour la...

» Avec "Elles", Juliette Binoche s'expose et se dévoile

Suite »

Ressources web

» Ministère de la Culture

» Ministère de la Communication

» UNESCO Maroc

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2020 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz