Maroc

Portail Maroc

Proche-Orient: la France plaide pour la paix, soutient Israéliens et Palestiniens Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Moyen Orient Monde » Moyen Orient
Proche-Orient: la France plaide pour la paix, soutient Israéliens et Palestiniens
TEL-AVIV (AFP) - La France a souligné jeudi la nécessité d'une reprise du processus de paix au Proche-Orient, réaffirmant l'importance pour Israël de voir sa sécurité garantie, tout en promettant de voter à l'ONU une résolution condamnant la colonisation israélienne si elle est modérée.
"Si cette résolution est modérée et si elle n'empêche pas la reprise des négociations, nous la voterons certainement", a déclaré à la presse à Tel-Aviv la chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie, au début de sa première tournée au Proche-Orient.

Ce projet de résolution devrait être mis au vote après une réunion en Allemagne le 5 février du Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, UE, Russie et ONU), selon des responsables palestiniens. La Russie devrait le voter alors que les Etats-Unis ont fait valoir leur hostilité à cette initiative, jugeant qu'un accord négocié restait le seul chemin viable vers la paix.


Le chef de la diplomatie israélienne, l'ultranationaliste Avigdor Lieberman, a évoqué lors de sa rencontre avec la ministre française le "fossé dangereux" qui apparaît, selon lui, entre le gouvernement israélien et l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas.

"Pendant qu'Israël approuvait 5.300 permis de travail à des Palestiniens en Israël la semaine dernière, l'Autorité palestinienne présentait une proposition au Conseil de sécurité (de l'ONU) condamnant Israël pour tous les péchés possibles", a dénoncé Avigdor Lieberman, selon un communiqué de son cabinet.

"Israël ne va pas rester simplement les bras croisés et supporter toujours critiques et insultes", a-t-il averti.

Les négociations de paix israélo-palestiniennes directes, qui avaient repris début septembre sous la pression des Etats-Unis, ont été rompues quelques semaines plus tard, Israël ayant refusé de prolonger un moratoire partiel sur la colonisation.

Pour renouer le dialogue, les Palestiniens réclament des références politiques claires, comme la fin de l'occupation des Territoires palestiniens occupés depuis 1967, et Jérusalem-Est pour capitale de leur futur Etat. Ils demandent aussi la reconnaissance de l'Etat palestinien à l'intérieur des frontières de juin 1967, moyennant des échanges mineurs de territoires.

"Il faut aller vers la paix, c'est dans l'intérêt de tout le monde et de la sécurité d'Israël", a martelé la ministre française, qui a aussi été reçue par les Premiers ministres palestinien, Salam Fayyad, et israélien Benjamin Netanyahu, et le ministre de la Défense israélien Ehud Barak.

Devant une partie de la communauté française vivant en Israël (100.000 personnes), elle a fait valoir que la France "n'acceptera pas" que l'Iran déstabilise le Proche-Orient. "La France ne permettra qu'il se dote de l'arme nucléaire", a-t-elle ajouté, à la veille de la reprise de négociations multilatérales en Turquie sur le programme nucléaire iranien.

Les Etats-Unis et une partie de la communauté internationale accusent Téhéran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que l'Iran a toujours démenti.

Lors d'un déplacement à Jérusalem, Michèle Alliot-Marie a visité le mémorial de la Shoah de Yad Vashem et rencontré les parents du jeune soldat franco-israélien Gilad Shalit, prisonnier à Gaza depuis 2006. Elle leur a promis de mobiliser l'Union européenne sur son cas, afin qu'il puisse notamment recevoir des visites de la Croix-Rouge.

Michèle Alliot-Marie devait poursuivre sa tournée par Gaza vendredi, avant l'Egypte et la Jordanie, deux pays inquiets d'une contagion de la révolution tunisienne.

Publié le: 20/01/2011 à 21:17:05 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Afghanistan: le Pakistan accusé par l'Otan de soutenir...

» Syrie: les combats s'intensifient, blocage à l'ONU

» Egypte: les 25 travailleurs chinois, enlevés par des...

» Mort de Gilles Jacquier: M. Juppé demande que Damas...

» Syrie: l'opposition conclut un accord en vue de la...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz