Maroc

Portail Maroc

Le paysage radiophonique marocain est
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Maroc Maroc
Le paysage radiophonique marocain est ""en pleine ébullition"" (Magazine)
PARIS (MAP) - Le paysage radiophonique marocain est ""en pleine ébullition"" après la libéralisation des ondes dans le Royaume, entamée en 2006, affirme le magazine international ""Jeune Afrique"" dans un numéro hors-série.
Sous le titre ""Maroc : le nouveau paysage audiovisuel"", le magazine souligne que cette libéralisation a vu l'émergence de nouvelles stations de radio privées aux côtés des radios déjà existantes, faisant remarquer à cet égard que depuis peu, on compte deux autres radios multirégionales, quatre régionales, deux locales de proximité et deux radios thématiques économiques.

Relevant que la concurrence risque d'être ""féroce"" pour s'attirer les bonnes grâces des auditeurs et celles des annonceurs, ""Jeune Afrique"" estime que ""le gâteau publicitaire"", aujourd'hui de l'ordre de 150 millions de dirhams, ""est amené à grossir en même temps que le marché se structurera"".


Cité par la publication, le président de l'Ecole supérieure du commerce et des affaires (ESCA) de Casablanca, Thami El-Ghorfi, signale que ""la publicité en radio pourrait atteindre 400 à 450 millions de dirhams d'ici à deux ans"".

Pour sa part, le président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), M. Ahmed Ghazali, souligne que ""le manque de ressources humaines est l'une des contraintes sur lesquelles pourrait buter à court terme le processus de libéralisation des ondes au Maroc"".

La HACA ""planche actuellement sur le lancement d'une seconde vague de licences, prévue d'ici au début de 2008"", fait savoir le magazine.

Sur le front télévisuel, l'offre des chaînes au Maroc ne cesse de se diversifier et le processus d'ouverture s'est concrétisé par la création d'une seule nouvelle antenne sur sept projets sélectionnés, ajoute-t-il.

Dans ce contexte, M. Ghazali précise que ""l'autorité de régulation a opté pour la qualité plutôt que la quantité"".

La publication relève, d'autre part, que ""le pôle audiovisuel public poursuit sa mue"" et que la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT), dirigée par Fayçal Laâraïchi (PDG), a lancé en septembre une nouvelle chaîne dédiée au sport, ""Arriyadia"", qui vient s'ajouter aux cinq chaînes déjà présentes.

""Sous le coup des nouvelles réglementations, la tendance est à la production, coproduction et à l'achat d'oeuvres nationales"", souligne le magazine pour qui ""un fonds de soutien à la production audiovisuelle nationale, doté de 15 millions de dirhams, devrait ainsi être créé en 2008"" et aura pour objectif de ""soutenir la fiction, le documentaire et la vidéoclip, mais aussi l'écriture de scénarios et l'adaptation"" Par ailleurs, dans un autre article intitulé ""Médias : guerre des ondes au Maghreb"", ""Jeune Afrique"" signale que le montant des contrats publicitaires engrangés par les télés au Maghreb en 2006 avoisine 230 millions d'euros, chiffre, estime-t-il, qui devrait plus que doubler en 2009 pour atteindre la somme de 540 millions d'euros.

Et de conclure que le secteur est aujourd'hui dominé par le Maroc avec des recettes estimées en 2004 à 129 millions d'euros contre 19 millions pour l'Algérie et 16 millions pour la Tunisie.
Publié le: 26/04/2007 à 10:21:07 GMT Source : MAP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Attentat de Marrakech: les parents d'une victime...

» Après New York, le roi saoudien poursuit sa...

» Arabie: le roi Abdallah en "bonne santé" selon le...

» le roi Abdallah d'Arabie saoudite, en convalescence,...

» Maroc: deux nouvelles tentatives d'immolation par le feu

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz