Maroc

Portail Maroc

Le parachute doré octroyé à l'ex-Pdg de Valeo déclenche un nouveau tollé Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Economie / Finances Monde » Economie / Finances
Le parachute doré octroyé à l'ex-Pdg de Valeo déclenche un nouveau tollé
PARIS (AFP) - Le "parachute doré" de 3,26 millions d'euros octroyé à l'ex-Pdg de l'équipementier automobile en difficulté Valeo, Thierry Morin, a déclenché une nouvelle polémique sur la rémunération des dirigeants, gouvernement et patronat exigeant la restitution de cette indemnité. Evénement
M. Morin, qui a démissionné vendredi en raison de divergences avec ses actionnaires, a obtenu une indemnité de 3,26 millions correspondant à la moyenne de ses rémunérations sur les trois exercices précédant son départ, a indiqué mardi Valeo, confirmant une information de Libération.

L'équipementier a versé cette indemnité à M. Morin lundi.


L'ancien patron de Valeo, qui affichait 20 ans d'ancienneté dans le groupe, aurait dû toucher seulement 70% des indemnités prévues, n'ayant atteint que 3 des 5 critères de performances que lui avait fixés le conseil d'administration.

Mais le conseil lui a octroyé 100% de la somme prévue, estimant que la perte nette affichée l'an dernier résultait du plan de restructuration mis en place au quatrième trimestre jugé "absolument nécessaire pour positionner Valeo au mieux pour affronter la crise", a dit son président Pascal Colombani, cité dans un communiqué.

Thierry Morin a quitté une entreprise en difficulté avec 207 millions d'euros de pertes en 2008 et 5.000 suppressions d'emplois en cours, dont 1.600 en France.

Après le tollé suscité par l'octroi de stock-options aux dirigeants de la Société Générale, qui y ont finalement renoncé, ce nouvel épisode dans la fixation des rémunérations des dirigeants a également suscité la polémique.

Le gouvernement "s'opposera à l'assemblée générale au versement de ce parachute doré", a affirmé Luc Chatel, son porte-parole tandis que le ministre du Budget, Eric Woerth a demandé à M. Morin de renoncer à son indemnité.

L'Etat est actionnaire à 8% de Valeo, via le Fonds stratégique d'investissement (FSI) et la Caisse des dépôts. Le FSI a versé 19 millions d'euros en février pour prendre 2,35% du capital du groupe.

Du côté des salariés, la CGT a fait part de "la colère" et d'"un sentiment d'injustice" parmi le personnel.

Le patronat, par l'intermédiaire de la présidente du Medef Laurence Parisot, a solennellement demandé à M. Morin "de renoncer immédiatement" à ses indemnités.

"Le Medef ne se reconnaît pas dans le comportement d'un dirigeant qui piétine ainsi l'interêt général de son entreprise, qui méprise ses salariés, bafoue les patrons de PME" et foule le code de gouvernance patronal, a-t-elle dit.

Colette Neuville, présidente de l'association de défense des actionnaires minoritaires (Adam), a épinglé "la grosse responsabilité du conseil d'administration" dans cette affaire.

"Je suis contre l'octroi de parachute doré, et à fortiori quand il est octroyé même en cas de démission", comme c'est le cas de M. Morin, a-t-elle dit à l'AFP.

"Les objectifs fixés à M. Morin étaient trop faciles à atteindre", a estimé Mme Neuville. "Cela prouve que les conseils d'administration ne fonctionnent pas quand ils satisfont aux exigences exorbitantes de dirigeants".

Selon une source proche du dossier, le conseil avait sondé le ministère de l'Economie sur les conséquences politiques du versement de cette indemnité.

"Bercy n'a pas à donner son accord et n'avait pas à le faire. Nous avons eu des échanges informels avec le conseil d'administration et j'ai mis en garde contre l'exploitation médiatique" de cette affaire, a dit à l'AFP Stéphane Richard, directeur de cabinet de la ministre de l'Economie, Christine Lagarde.

Publié le: 24/03/2009 à 13:02:34 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Wall Street ouvre en hausse, dopée par Facebook

» Le marché automobile français commence mal l'année

» Un fournisseur de Vuitton va reprendre l'usine Lejaby...

» Bruxelles oppose son veto à la fusion de NYSE Euronext...

» Le Portugal obtient un répit mais les craintes d'une...

Suite »

Ressources web

» Bourse de Casablanca

» Bank Al-Maghreb

» Banque africaine de développement

» Ministère des finances et de la privatisation

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz