Maroc

Portail Maroc

Maroc: des ONG réclament une loi contre le travail des petites domestiques Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Maroc Maroc
Maroc: des ONG réclament une loi contre le travail des petites domestiques
RABAT (AFP) - Quatre ONG marocaines ont appelé mercredi le parlement à adopter un projet de loi interdisant le travail des petites domestiques de moins de 15 ans, un phénomène qui toucherait des dizaines de milliers de filles.
Selon des sources associatives, il y aurait au Maroc entre 60.000 et 80.000 "petites bonnes". Un projet de loi interdisant cette pratique a été élaboré par le gouvernement mais il est toujours à l?étude, selon la ministre de la Famille Nouzha Skalli, chargée du dossier.

Il prévoit des peines de prison ferme et de lourdes amendes contre toute personne employant des enfants de moins de 15 ans comme domestiques.


"Une loi spécifique interdisant le travail des bonnes de moins de 15 ans doit être adoptée", déclarent dans un rapport l'Association Insaf (Equité), l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH), la Fondation Orient-Occident et Amnesty-Maroc.

"Près de 75% des familles" dont ces petites domestiques sont issues "sont pauvres ou très pauvres ce qui explique leur besoin de revenus complémentaires", ont ajouté les ONG lors de la présentation mercredi à Rabat d'une enquête auprès de 130 familles faisant travailler leurs filles de moins de 15 ans et de 169 familles employeuses.

Dans leur rapport, les ONG soulignent également que "79% des bonnes âgées de moins de 15 ans" sont "définitivement écartées du système scolaire à cause de l'indigence de la famille".

"Le déficit de communication publique sur les dispositions légales protégeant l'enfant, conjugué à la précarité" sont les principales caractéristiques de ce problème, concluent les ONG.

Publié le: 03/11/2010 à 17:17:24 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Attentat de Marrakech: les parents d'une victime...

» Après New York, le roi saoudien poursuit sa...

» Arabie: le roi Abdallah en "bonne santé" selon le...

» le roi Abdallah d'Arabie saoudite, en convalescence,...

» Maroc: deux nouvelles tentatives d'immolation par le feu

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2020 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz