Maroc

Portail Maroc

Maroc: une fatwa pour le mariage des filles de 9 ans dénoncée Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Maroc Maroc
Maroc: une fatwa pour le mariage des filles de 9 ans dénoncée
RABAT (AFP) - Le Conseil supérieur des oulémas du Maroc a vigoureusement dénoncé dimanche la récente fatwa (avis religieux) d'un cheikh marocain autorisant le mariage des fillettes musulmanes dès l'âge de neuf ans, a-t-on appris de source officielle à Rabat.
Le Conseil supérieur des oulémas - seule haute instance religieuse au Maroc habilitée à prononcer des fatwa - "dénonce l'utilisation de la religion pour légitimer le mariage de filles de neuf ans", selon un communiqué.

Il qualifie son auteur, cheikh Mohamed Ben Abderrahman Al-Maghraoui, "d'agitateur et de mystificateur".


Le conseil supérieur des oulémas est présidé par le roi Mohammed VI, "Amir Al Mouminine (Commandeur des croyants - un attribut religieux inscrit dans la Constitution).

Début septembre, cheikh Mohamed Ben Abderrahman Al-Maghraoui, fondateur de l'association Addaaoua wa Sounna fi Al Coraane (Prédication et sunna dans le coran) basée à Marrakech (sud), a mis en ligne une fatwa qui autorise les filles de neuf ans à se marier.

Le conseil supérieur des oulémas a rappelé qu'au Maroc l'âge légal du mariage - à partir de 18 ans - était "régi par une loi approuvée par la oumma (le Parlement) dans toutes ses composantes et élaborée avec la participation des oulémas".

Un avocat du barreau de Rabat, Me Mourad Bekkouri, avait exhorté jeudi la justice marocaine à censurer les "fatwa (avis religieux) anarchiques" au Maroc.

"Ces fatwa anarchiques en ligne risquent de créer le désordre et l'amalgame dans l'interprétation des versets du coran et des hadiths (récits rapportant un acte ou une parole du prophète Mahomet), a-t-il expliqué.

Publié le: 21/09/2008 à 15:07:22 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Attentat de Marrakech: les parents d'une victime...

» Après New York, le roi saoudien poursuit sa...

» Arabie: le roi Abdallah en "bonne santé" selon le...

» le roi Abdallah d'Arabie saoudite, en convalescence,...

» Maroc: deux nouvelles tentatives d'immolation par le feu

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2020 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz