Maroc

Portail Maroc

Liban: le chef du Hezbollah veut un gouvernement de
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Moyen Orient Monde » Moyen Orient
Liban: le chef du Hezbollah veut un gouvernement de "partenariat national"
BEYROUTH (AFP) - Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé dimanche que sa formation souhaitait voir la mise en place d'un gouvernement de "partenariat national", alors que les députés libanais s'apprêtaient à se prononcer sur le choix du prochain Premier ministre.
"Si notre candidat l'emporte, nous lui demanderons de former un gouvernement de partenariat national avec la participation de toutes les parties", a dit Hassan Nasrallah lors d'un bref discours télévisé sur un ton conciliant.

"Toutes les déclarations selon lesquelles le Hezbollah envisage d'instaurer un gouvernement iranien ou chiite sont une déformation, elles sont trompeuses et totalement fausses", a-t-il dit, insistant: "Nous respectons le droit de chacun à la représentation".


Hassan Nasrallah n'a pas annoncé qui serait le candidat de son bloc.

Il a assuré qu'Omar Karamé, déjà deux fois Premier ministre, était le premier choix, avant de préciser: "Omar Karamé m'a contacté et nous a remerciés mais il a dit qu'il était âgé, qu'il n'était pas en très bonne santé et qu'il préférait que nous trouvions un autre candidat".

Ce discours intervient à quelques heures du début des consultations du président libanais Michel Sleimane avec les groupes parlementaires, afin de nommer un Premier ministre pour remplacer Saad Hariri, dont le gouvernement d'union nationale s'est effondré le 12 janvier après la démission des ministres du camp du Hezbollah.

Pour autant, ces consultations, prévues initialement à partir du 17 janvier, pourraient être encore retardées, alors que des pays de la région cherchent à apaiser les tensions politiques.

Dimanche, le chef par intérim de la diplomatie iranienne, Ali Akbar Salehi, est arrivé à Damas pour des entretiens qui doivent porter lundi sur le Liban notamment, selon une source diplomatique dans la capitale syrienne.

Le camp de M. Hariri, soutenu par l'Occident, et celui du Hezbollah, soutenu par l'Iran et la Syrie, s'affrontent depuis des mois au sujet du tribunal de l'ONU chargé d'enquêter sur l'assassinat en 2005 du dirigeant libanais Rafic Hariri, père de Saad, dans lequel le Hezbollah s'attend à être mis en cause.

La coalition menée par M. Hariri dispose de 60 sièges sur les 128 du Parlement, contre 57 pour le camp du Hezbollah, qui refuse un nouveau mandat de Saad Hariri.

Le député druze Walid Joumblatt s'est rangé vendredi du côté de la Syrie et du Hezbollah. Mais rien ne garantit qu'il entraîne avec lui suffisamment de députés de son bloc pour permettre au Hezbollah d'imposer son candidat.

Saad Hariri a quant à lui confirmé sa candidature "en dépit des intimidations". "Nous ferons tout notre possible (...) pour assurer les voix nécessaires" à la reconduction de M. Hariri, a déclaré samedi le chrétien Samir Geagea, chef des Forces libanaises.

Allié clé du Hezbollah, le chrétien Michel Aoun, a déclaré dimanche que les députés de Tripoli Mohammed Safadi et Najib Mikati pourraient également être candidats au poste de Premier ministre, qui doit revenir à un musulman sunnite.

Les deux hommes avaient été élus au Parlement en tant qu'alliés de Saad Hariri en 2009.

La crise politique actuelle ravive le spectre des violences confessionnelles de mai 2008, quand des combats entre sunnites et chiites avaient fait une centaine de morts et mené le pays au bord de la guerre civile. Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, a estimé dimanche que le Liban était dans une "situation dangereuse".

En Israël, le vice-Premier ministre, Sylvan Shalom, a affirmé qu'un gouvernement dirigé par le Hezbollah serait un "développement très, très dangereux, car nous aurions en fait un gouvernement iranien à la frontière nord d'Israël".

Publié le: 23/01/2011 à 21:24:48 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Afghanistan: le Pakistan accusé par l'Otan de soutenir...

» Syrie: les combats s'intensifient, blocage à l'ONU

» Egypte: les 25 travailleurs chinois, enlevés par des...

» Mort de Gilles Jacquier: M. Juppé demande que Damas...

» Syrie: l'opposition conclut un accord en vue de la...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2017 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz