Maroc

Portail Maroc

Des jumelles séparées à la naissance en Indonésie se retrouvent en Suède Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Insolite Monde » Insolite
Des jumelles séparées à la naissance en Indonésie se retrouvent en Suède
STOCKHOLM (AFP) - Des jumelles nées en Indonésie il y a près de 29 ans et adoptées séparément viennent de se retrouver dans le sud de la Suède où elles vivaient à 40 kilomètres l'une de l'autre sans même savoir qu'elles avaient une soeur.
Emelie Falk a confié à l'AFP qu'il lui avait fallu du temps pour réaliser que Lin Backman, une étrangère il y a encore un an, était sa soeur jumelle.

"Lorsque Lin m'a téléphoné pour m'annoncer les résultats des tests ADN, je me suis mise à rire parce que c'était vraiment trop bizarre", raconte-t-elle.


"Soudain, j'ai réalisé que nous avions partagé le même utérus. C'était vraiment très bizarre, mais aussi très cool", ajoute la jeune femme.

Selon les tests ADN réalisés environ deux mois après leur première rencontre en janvier 2010 et dont l'AFP a obtenu une copie, il y a 99,98 % de chances pour qu'Emelie Falk et Lin Backman soient soeurs.

Les deux filles ont été adoptées dans un orphelinat de Semarang, dans le nord de l'Indonésie, par deux couples suédois. Mais aucun de leurs documents ne mentionne l'existence d'une jumelle.

Toutefois, lorsque les parents de Lin Backman ont quitté l'orphelinat avec le nourrisson, le chauffeur du taxi leur a posé cette étrange question: "Qu'est-il arrivé à l'autre bébé, la soeur ?" Et il a noté le nom indonésien des filles sur un bout de papier.

Ce nom a aidé les parents de Lin Backman à retrouver les Falk en Suède. Les deux familles se sont rencontrées à plusieurs reprises lorsque les fillettes étaient encore en bas âge pour comparer leurs papiers.

"Ils ont épluché les documents d'adoption, mais ils ne trouvaient pas que nous nous ressemblions énormément et beaucoup d'éléments dans nos papiers ne collaient pas... Sans compter qu'il n'y avait pas de tests ADN à l'époque", relate Emelie.

Les Falk et les Backman ont fini par considérer que le dossier était clos et se sont perdus de vue.

Bien que leurs parents leur aient raconté l'histoire à toutes les deux lorsqu'elles étaient petites, Lin et Emelie l'avaient oubliée. Et comme elles n'éprouvaient ni l'une ni l'autre d'intérêt pour leurs origines, elles n'ont jamais posé de questions.

"Mais lorsque je me suis mariée il y a deux ans, j'ai commencé à penser à ma famille et à mon adoption. Quand j'ai demandé à ma mère, elle m'a à nouveau raconté cette histoire et j'ai décidé de rechercher Lin", se souvient Emelie.

Toujours grâce au nom griffonné par le chauffeur de taxi, elle a fait des recherches via un réseau d'enfants indonésiens adoptés par des familles suédoises. Pour finir, c'est sur Facebook qu'elle a trouvé sa soeur.

"Je suis née le 18 mars 1983 à Semarang et le nom de ma mère biologique est Maryati Rajiman", a écrit Emelie Falk. La réponse ne s'est pas fait attendre: "Wow, c'est aussi le nom de ma mère! Et c'est la date de mon anniversaire!".

Elles découvrent alors qu'elles vivent à 40 kilomètres l'une de l'autre dans le sud de la Suède. Enseignantes toutes les deux, elles se sont mariées le même jour à un an d'intervalle et ont dansé sur la même chanson de mariage: "You and Me" de Lifehouse.

Depuis que le test ADN a confirmé leurs intuitions, les deux soeurs sont restées en contact. Elles envisagent d'aller en Indonésie chercher leurs parents biologiques.

Publié le: 01/02/2012 à 08:47:52 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» "Starbikes", le Starbucks du pauvre en Indonésie

» Des élus slovaques se mettent à nu contre leur immunité...

» Une troupe de babouins détrousse les voyageurs entre le...

» Chili: la police traque les voleurs de cinq tonnes de...

» Une lentille pour un éléphant d'Amsterdam

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz