Maroc

Portail Maroc

Incitation à la
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Médias Monde » Médias
Incitation à la "suspension": 3 ans avec sursis requis contre une journaliste
TOULOUSE (AFP) - Trois ans de prison avec sursis ont été requis mardi par le tribunal correctionnel de Toulouse contre une journaliste pour un reportage sur M6 sur la "suspension", pratique consistant à suspendre une personne à l'aide de crochets plantés dans la peau du dos.
"Ce reportage était fait pour dénoncer ces pratiques et non les cautionner", a reconnu la vice-procureure Brigitte Lanfranchi, qui a cependant demandé la condamnation de la journaliste, "pour avoir provoqué cette infraction par besoin professionnel", ainsi qu'une amende de 3.000 à 4.000 euros.

La journaliste, qui travaillait pour l'agence de production TAC Presse, est poursuivie pour "complicité de violence volontaire avec arme, en l'occurrence des crochets, et en réunion" pour avoir, selon le parquet, tenu "un rôle d'incitation".


Dans un reportage diffusé le 8 octobre 2006 sur M6 pour l'émission Zone interdite, la journaliste, Isabelle Cottenceau, voulait dénoncer les méfaits de la suspension, ce qu'elle répète depuis le début de l'instruction.

"Ce n'est pas le procès du droit à l'information", a déclaré Alexandre Martin, l'avocat du père de l'adolescent, partie civile qui a réclamé 5.000 euros de dommages et intérêts.

L'adolescent avait décidé de "s'offrir une suspension" pour ses 18 ans et sa mère lui avait donné son accord.

Outre la journaliste, quatre autres personnes sont poursuivies pour avoir participé à la suspension, en août 2006 à Toulouse. Un an a été requis contre le propriétaire d'un magasin de piercing de Toulouse, accusé d'avoir organisé l'événement, 4 mois contre deux personnes qui l'ont aidé et 3 mois contre la personne qui a prêté l'appartement.

Toutes les peines requises sont assorties du sursis. Le délibéré était attendu dans la soirée.

Publié le: 24/03/2009 à 18:06:01 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La mission d'intérêt général de l'Agence France-Presse...

» Argent public et transparence: un livre du député...

» Sarkozy loue avec ironie la santé de sa relation avec la...

» Twitter: le nombre d'utilisateurs a plus que doublé en...

» L'Iran lance une chaîne internationale en espagnol

Suite »

Ressources web

» 2M Maroc

» Medi 1

» Aujourd'hui le Maroc

» Le Matin

» L'Économiste

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz