Maroc

Portail Maroc

Haïti: le président Préval veut que Duvalier réponde de ses actes Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde Monde
Haïti: le président Préval veut que Duvalier réponde de ses actes
PORT-AU-PRINCE (AFP) - L'ancien dictateur Jean-Claude Duvalier doit répondre de ses actes devant la justice, a affirmé le président haïtien René Préval lors d'une visite surprise en République dominicaine voisine, au moment où Haïti est plongé dans une grave crise politique.
"La constitution (haïtienne) dit que toute personne doit répondre de ses actes devant la justice. Le gouvernement a déjà fait ce qu'il devait faire, maintenant nous attendons que la justice fasse son travail", a déclaré le président haïtien, censé quitter le pouvoir le 7 février.

Un des avocats de M. Duvalier, Me Reynold Georges, a réagi en assurant que M. Duvalier avait bien l'intention de "répondre aux questions de la justice". Mais "cela ne veut pas dire qu'il est coupable", a-t-il ajouté lors d'une conversation téléphonique avec l'AFP.


M. Duvalier, 59 ans, chassé après quinze ans de pouvoir dictatorial par un soulèvement populaire en 1986, a débarqué inopinément en Haïti le 16 janvier.

Six plaintes individuelles pour violation des droits de l'homme ont été déposées contre lui. Par ailleurs, il est poursuivi par la justice haïtienne pour corruption, détournement de fonds publics et association de malfaiteurs.

Me Georges a assuré que M. Préval était "derrière (le) complot qui vis(ait) à traumatiser" son client. "M. Préval doit aller en prison pour tous ses méfaits, pour les millions volatilisés. Et il le sait très bien".

M. Duvalier, qui s'était autoproclamé "président à vie", affirme être revenu au pays pour "aider" Haïti, mais il semble surtout vouloir récupérer ses avoirs bloqués en Suisse. "Ce que (Duvalier) aimerait faire avec les fonds suisses c'est contribuer à la reconstruction du pays", a reconnu vendredi un autre de ses avocats, Me Edwin Marger. "C'est une des raisons pour laquelle il est revenu (...). Il ne demande pas que quoi que ce soit lui soit rendu personnellement".

Selon des experts et des associations de défense des droits de l'homme, M. Duvalier, alias "Baby Doc", serait revenu en Haïti dans le cadre d'une manoeuvre qui lui permettrait de retrouver les quelques 5,7 millions de dollars déposés par sa famille sur des comptes en Suisse.

Mais, la justice haïtienne lui a interdit cette semaine de quitter le pays.

"Ce n'est pas mon rôle de dire si je suis d'accord (avec le retour de Duvalier)", a encore dit M. Préval, rappelant que la constitution "interdit l'exil et établit que tout Haïtien a le droit de revenir dans son pays".

M. Préval s'est rendu samedi avec son Premier ministre Jean-Max Bellerive à Saint-Domingue, où il a rencontré son homologue dominicain Leonel Fernandez pour parler de la crise politique en Haïti.

Le tribunal électoral haïtien enregistre depuis vendredi les contestations nées du premier tour de la présidentielle du 28 novembre.

Une mission d'enquête de l'Organisation des Etats américains (OEA) a conclu que des fraudes avaient faussé les résultats et recommandé d'exclure du second tour le candidat du pouvoir Jude Célestin et de qualifier le chanteur Michel Martelly pour un duel avec l'ex-Première dame Mirlande Manigat arrivée en tête.

Le Conseil électoral haïtien devrait annoncer les résultats définitifs du premier tour le 31 janvier.

Dimanche, une manifestation à l'appel d'une douzaine de candidats malheureux à la présidentielle demandait l'annulation pure et simple du premier tour.

"Nous voulons des élections sans fraude!", "A bas la corruption, nous sommes fatigués! ", pouvait-on lire sur les pancartes brandies par une grosse centaine de manifestants défilant dans les rues de la capitale Port-au-Prince.

Publié le: 23/01/2011 à 19:05:37 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La Belgique est officiellement entrée en récession

» Sénégal: l'opposition promet une "nouvelle stratégie",...

» Russie: Poutine prêt à un deuxième tour, même s'il...

» L'Europe toujours saisie par le froid, des dizaines de morts

» Tunisie: première visite de la directrice du FMI...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2017 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz