Maroc

Portail Maroc

Fusillades en Tunisie: Tunis dément procéder à des arrestations massives Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde Monde
Fusillades en Tunisie: Tunis dément procéder à des arrestations massives
TUNIS (AFP) - Les autorités tunisiennes ont démenti mercredi avoir procédé à des arrestations massives dans la foulée des affrontements qui ont impliqué un groupe salafiste fin décembre et début janvier en Tunisie.
"Il n'y a pas de +campagnes d'arrestations+, ni d'arrestations en dehors du cadre prévu par la loi", a indiqué à l'AFP une source officielle, démentant des "allégations" de défenseurs des droits de l'Homme et opposants tunisiens.

"A un moment où se poursuivent les investigations au sujet du groupe terroriste récemment neutralisé par les forces de l'ordre, il est irresponsable de s'adonner à des supputations peu scrupuleuses", a ajouté la même source.


Le ministre tunisien de l'Intérieur Rafik Haj Kacem a annoncé le 12 janvier l'arrestation de 15 personnes et la mort de 14, dont deux agents de l'ordre, après les accrochages sanglants qui ont opposé les forces de sécurité à un groupe "salafiste terroriste" le 23 décembre et 3 janvier à Hammam-Lif et Soliman (sud de Tunis).

Il avait annoncé la fin de la traque lancée contre ce groupe, dont le chef tunisien, Lassâd Sassi, a été blessé et capturé, avant de succomber à ses blessures dans un hôpital.

[>photo1<]

La Ligue tunisienne des droits de l'Homme et le Conseil national des Libertés (CNLT, non agrée) se sont inquiétés de l'arrestation de "plusieurs dizaines" de personnes, en condamnant le recours de certains tunisiens à la violence.

Le Parti démocratique progressiste (PDP, opposition légale) a affirmé que ces arrestations ont eu lieu à Soliman et dans la région sud de Tunis, au Kef, Sidi Bouzid, Kasserine, Gafsa, villes proches de la frontière terrestre algérienne à l'Ouest tunisien.

A Bizerte au nord, des jeunes pratiquants ont été arrêtés au sortir des mosquées, a affirmé un communiqué de la section locale du PDP.

En plus des 15 individus impliqués dans les accrochages, les autorités ont aussi arrêté deux Tunisiens qualifiés de "plaisantins" pour avoir diffusé sur internet un communiqué revendiquant les affrontements au nom de "La Jeunesse pour l'Unicité et le Combat", un groupe jusque-là inconnu.

Le groupe démantelé, dont le noyau (cinq Tunisiens et un Mauritanien) s'était introduit avec des armes à feu à travers la frontières algérienne, projetait des attaques contre des ambassades et des diplomates, notamment américains et britanniques, selon la presse.

Des liens ont été établis avec le Groupe salafiste algérien pour la prédication et le combat (GSPC) agissant sous la houlette d'Al-Qaïda, qui a déjà revendiqué en Tunisie l'attentat contre une synagogue de Djerba (sud) ayant fait 21 morts le 11 avril 2002.

Publié le: 17/01/2007 à 17:28:57 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La Belgique est officiellement entrée en récession

» Sénégal: l'opposition promet une "nouvelle stratégie",...

» Russie: Poutine prêt à un deuxième tour, même s'il...

» L'Europe toujours saisie par le froid, des dizaines de morts

» Tunisie: première visite de la directrice du FMI...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz