Maroc

Portail Maroc

François Pérol récuse les accusations de conflit d'intérêt Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Economie / Finances Monde » Economie / Finances
François Pérol récuse les accusations de conflit d'intérêt
PARIS (AFP) - L'ancien conseiller économique de l'Elysée, François Pérol, a récusé mercredi les accusations de conflit d'intérêt pesant sur lui dans le dossier de la fusion entre Banque Populaire et Caisse d'Epargne, dont il est désormais le principal dirigeant.
"La fusion est un projet qui est venu des entreprises. Ce n'est pas un projet que j'ai imaginé, que j'ai conçu, que j'ai conduit", a affirmé M. Pérol lors de son audition devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

"J'ai toujours exercé ma fonction en pensant que ma fonction était d'être conseiller, que mon rôle était de conseiller le président" Sarkozy, a ajouté M. Pérol. "Je sais que ce n'est pas l'image que vous en avez", a-t-il lancé aux députés.


Au sujet de la fusion, M. Pérol a assuré qu'il s'était contenté de "donner son opinion au président de la République".

"J'ai tâché de l'éclairer au mieux sur cette affaire", a-t-il expliqué.

Il a admis avoir reçu les dirigeants des deux groupes dans le cadre des négociations de fusion, "comme ils ont été reçus par d'autres", mais ne considère pas avoir "outrepassé (ses) fonctions".

Une loi de 2007 interdit à tout fonctionnaire de travailler pour une entreprise qu'il a surveillée, avec laquelle il a conclu un contrat ou qu'il a conseillée, dans les trois ans précédant son départ.

Dans le doute, il doit saisir la commission de déontologie de la fonction publique, ne serait-ce que pour se mettre à l'abri d'une éventuelle poursuite pénale.

M. Pérol a justifié le fait de ne l'avoir pas saisie par l'"urgence de la situation", Natixis, la filiale commune des deux banques, présentant selon lui fin février un "risque systémique" (risque de faillite et de contagion à l'ensemble du système bancaire). Or la commission ne pouvait se réunir avant le 11 mars, a-t-il rappelé.

Publié le: 25/03/2009 à 10:01:28 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Wall Street ouvre en hausse, dopée par Facebook

» Le marché automobile français commence mal l'année

» Un fournisseur de Vuitton va reprendre l'usine Lejaby...

» Bruxelles oppose son veto à la fusion de NYSE Euronext...

» Le Portugal obtient un répit mais les craintes d'une...

Suite »

Ressources web

» Bourse de Casablanca

» Bank Al-Maghreb

» Banque africaine de développement

» Ministère des finances et de la privatisation

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz