Maroc

Portail Maroc

Les films de la semaine: Isabelle Adjani en prof, Julia Roberts en espionne Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Art / Culture Monde » Art / Culture
Les films de la semaine: Isabelle Adjani en prof, Julia Roberts en espionne
PARIS (AFP) - Isabelle Adjani en professeur de collège au bord de la crise de nerfs dans "La journée de la jupe" et l'Américaine Julia Roberts en ex-agent de la CIA dans "Duplicity", sont à l'affiche des salles de cinéma, cette semaine en France.
- "La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilienfeld (France, 1H28) avec Isabelle Adjani, Denis Podalydès. Sur un thème souvent exploré, la violence ordinaire à laquelle sont confrontés les enseignants de banlieues, Jean-Paul Lilienfeld bâtit un film d'une remarquable intensité, servi par Isabelle Adjani et Denis Podalydès. Professeur de français au collège, Sonia Bergerac prend un jour en otage ses élèves, les enfermant pour un huis-clos dramatique dans une salle en sous-sol. A l'extérieur, les forces spéciales de la police ont pris position et tentent de résoudre le problème sans effusion de sang. Dans le rôle des élèves, une poignée de jeunes comédiens donnent avec conviction la réplique à Isabelle Adjani.

- "Duplicity" de Tony Gilroy (Etats-Unis, 2H02) avec Julia Roberts, Clive Owen, Billy Bob Thorton. Claire a quitté la CIA et Ray, les services secrets britanniques, pour le monde bien plus lucratif des affaires. Chacun cherche à se procurer la formule d'un produit censé faire la fortune de l'entreprise multinationale qui l'emploie. Le deuxième film tourné par le scénariste Tony Gilroy, deux ans après "Michael Clayton".


- "Tokyo Sonata" de Kiyoshi Kurosawa (Japon, 1H59) avec Teruyuki Kagawa, Haruka Igawa. Un portrait d'une famille ordinaire, au Japon, aujourd'hui. Le père cache à sa famille qu'il vient de perdre son emploi. Son fils ainé est de plus en plus absent de la maison, tandis que le cadet apprend à jouer du piano en secret. Impuissante, la mère assiste au délitement des liens familiaux. "Tokyo Sonata" était en sélection officielle au dernier Festival de Cannes, dans la section Un Certain Regard, où il a remporté le Prix du jury.

- "Les 3 royaumes" de John Woo (Etats-Unis, 2H25, titre original : "Red cliff") avec Chen Chang, Tony Leung Chiu Wai. En l'an 208, l'empereur Han Xiandi règne sur une Chine divisée en trois royaumes rivaux. Cao Cao rêve de s'installer sur le trône d'un empire unifié. Lorsque deux de ces royaumes s'allient, Cao Cao envoie 800.000 soldats et une flotte de 2.000 navires pour les écraser. Le déferlement de puissance et de génie tactique déployé à la bataille de la Falaise Rouge marquera l'histoire de la Chine. Maître du cinéma d'action, John Woo est un réalisateur prolifique qui a signé des thrillers ultraviolents, mais aussi des épopées historiques, telles que "Les 3 royaumes" ou "Battle of Red Cliff".

- "Un chat, un chat" de Sophie Fillières (France, 1H45) avec Chiara Mastroianni, Malik Zidi, Agathe Bonitzer. Ecrivain sans inspiration, Célimène, qui se fait appeler Nathalie, est retournée vivre chez sa mère en attendant la fin des travaux dans son appartement. Ses séances chez le psy, ses tentatives d'arrêter la cigarette, sa rupture avec un insipide petit ami, sa relation en miroir avec une jeune admiratrice et bien d'autres épisodes prévisibles émaillent ce film nombriliste et bavard.

- "Acolytes" de Jon Hewitt (Australie, 1H31) avec Joel Edgerton, Sebastian Gregory. Après la disparition d'une camarade de classe, Mark surprend une voiture qui s'éloigne dans les bois, près d'un monticule de terre fraîchement remuée. Avec l'aide de deux amis, il retourne sur place pour creuser.

- "Le Chihuahua de Beverly Hills" de Raja Gosnel (Etats-Unis, 1H32, titre original : "Beverly Hills Chihuahua") avec Jamie Lee Curtis, Piper Perabo. Chloé, un petit chien gâté de Beverly Hills, se perd dans les rues de Mexico. Deux chiens des rues vont tenter de l'aider à retrouver sa vie de luxe. Le film est notamment doublé en français par Jamel Debbouze et Fabrice Eboué.

- "Expérience africaine", documentaire de Laurent Chevallier (France, 1h25). Au collège de Marciac, des élèves qui ont choisi l'option "jazz" rencontrent les musiciens du goupe Fölifö de Guinée, invités par leur proviseur. Ceux-ci les emmènent à Conakry, à la rencontre de l'Afrique et des racines du jazz.

- "Inland" de Tariq Teguia (Algérie, France, 2H18, titre original : "Gabbla") avec Abdelkader Affak, Ines Rose Djakou. Contemplatif et très lent, "Inland" suit Malek, un géomètre venu faire des relevés topographiques dans le désert, superbement photographié, d'un ouest algérien ravagé par la guerre entre l'armée et les groupes islamistes. Il rencontre, vers la toute fin du film, une émigrée clandestine à bout de forces. Ce film était en compétition à la dernière Mostra de Venise.

- "I am because we are", documentaire de Nathan Rissman (Etats-Unis, 1H20). Le sort d'un million d'enfants orphelins, au Malawi, est évoqué dans ce documentaire narré par la chanteuse Madonna. De nombreux intervenants, parmi lesquels l'ex-président américain Bill Clinton et l'archevêque Desmond Tutu, prennent la parole. Ex-assistant et archiviste de Madonna qui a créé une fondation au Malawi, Nathan Rissman signe là son premier long métrage.

- "Je suis de Titov Veles" de Teona Mitevska (Macédoine, 1H42) avec Labina Mitevska, Ana Kostovska, Nikolina Kujaca, Xhevdet Jashari, Peter Musevski. L'histoire de trois soeurs, leur relation passionnée et leur tentative de changer de vie. Sapho passe d'un garçon à l'autre, Afrodita est mutique et Slavica, l'aînée, travaille dans une usine.

- "Moi Van Gogh", documentaire de Peter Knapp et François Bertrand (France, Etats-Unis, 40 minutes, projeté à la Géode, à la Cité des Sciences à Paris). Un voyage aux sources de l'inspiration artistique du peintre, à travers l'exploration d'une quarantaine de toiles, filmées notamment au musée d'Orsay à Paris et au musée Van Gogh d'Amsterdam.

- "Nos désirs font désordre" de Stéphane Arnoux (France, 1H30) Saïda Djoudi, Damien Pottier. Nadia va d'un petit boulot à l'autre. Pierrot tourne un film documentaire sur la précarité, filmant Léo et Louise, qui répètent un spectacle de rue. De son côté, Marion passe des castings dans l'espoir de décrocher un rôle à la télévision. Elle travaille comme serveuse dans le bar où le groupe se retrouve. Le deuxième long métrage de Stéphane Arnoux, quatre ans après le documentaire "La Carotte et le bâton".

- "Le petit chat curieux", film d'animation de Tsuneo Goda (Japon, 1H00, titre original : "Komaneko"). Chez grand-papa, la vie s'écoule paisiblement Koma, la petite chatte, ne manque ni d'idées ni d'amis pour s'occuper. Mais d'étranges créatures viennent parfois perturber ses journées.

- "La première étoile" de Lucien Jean-Baptiste (France, 1H30) avec Lucien Jean-Baptiste, Anne Consigny, Firmine Richard. Jean-Gabriel, marié et père de trois enfants, vit de petits boulots et passe son temps au bar. Un jour, il promet à sa famille des vacances au ski. Sa femme menace de le quitter s'il ne tient pas parole.

Publié le: 23/03/2009 à 20:40:19 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La voix du chancelier Bismarck découverte sur un...

» "Sur la planche": l'énergie brute des "filles...

» Le musée Toulouse-Lautrec d'Albi, transformé, rouvrira...

» L'un des premiers opéras payants, "Egisto", pour la...

» Avec "Elles", Juliette Binoche s'expose et se dévoile

Suite »

Ressources web

» Ministère de la Culture

» Ministère de la Communication

» UNESCO Maroc

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz