Maroc

Portail Maroc

Effervescence à la 58e Berlinale qui déroule le tapis rouge pour les Stones Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Art / Culture Monde » Art / Culture
Effervescence à la 58e Berlinale qui déroule le tapis rouge pour les Stones
BERLIN (AFP) - Invités d'honneur de la 58e Berlinale, les Rolling Stones créent l'événement en pimentant de leur présence la soirée d'ouverture du festival ce jeudi où est dévoilé "Shine a light", le film que leur a consacré Martin Scorsese, en prologue à la compétition pour l'Ours d'or.
Vingt-et-un films du monde entier se disputent le prestigieux prix remis la veille de la clôture du festival (7-17 février).

Mais jeudi la présence de Mick Jagger, Keith Richards, Charlie Watts et Ron Wood à la projection de gala de "Shine a light" en avant-première mondiale et hors compétition, dans la soirée à Berlin, provoquait une véritable fièvre.


Les Stones devaient participer avec Martin Scorsese à une conférence de presse consacrée à ce documentaire de deux heures qui mêle interviews, images d'archives et captation, avec un vaste dispositif de caméras, d'un concert donné à New York à l'automne 2006.

Une chasse aux invitations pour la soirée, bourrée d'invités VIP et suivie d'une fête, enflammait jeudi la ville - "Chez les distributeurs, les tickets sont tirés au sort !", a-t-on indiqué à l'AFP.

"Plus musicale que politique" cette année selon son directeur artistique Dieter Kosslick, cette Berlinale accueille en outre un documentaire sur la rockeuse Patti Smith et un autre sur le groupe Crosby, Stills, Nash & Young.

Elle s'ouvre aussi aux populaires productions chantées de Bollywood en programmant le film indien "Om Shanti Om" et son bel acteur Shah Rukh Khan, devenu une star mondiale avec le succès de "Devdas".

Après le rock et les paillettes, la compétition démarrera vendredi avec les deux premiers films dévoilés au public: "In Love We Trust" du Chinois Wang Xiaoshuai, qui relate la lutte d'une mère pour sauver son enfant atteint de cancer, et surtout "There Will be Blood" de l'Américain Paul Thomas Anderson, qui vaut à Daniel Day-Lewis une nomination aux Oscars remis le 22 février.

Inspiré par le roman homonyme d'Upton Sinclair, ce passionnant cinquième film d'Anderson - après "Boogie nights", "Magnolia"... - est une fresque épique sur les débuts de l'industrie pétrolière en Californie à la fin du XIXe siècle.

A travers l'ascension fulgurante de Daniel Plainview, un modeste ouvrier devenu magnat du pétrole à qui Daniel Day-Lewis prête ses traits, Anderson retrace l'histoire, pleine de bruit et de fureur, de l'exploitation de l'Ouest américain, et la fondation de la puissance industrielle des Etats-Unis.

Comme Cannes et Venise, les deux autres principaux festivals de cinéma européens, la Berlinale mise sur le glamour, en accueillant des vedettes qui affolent les paparazzi.

Cette année sont attendues Julia Roberts, à l'affiche de la tragédie familiale "Fireflies in the Garden", ainsi que Scarlett Johansson et Natalie Portman dans le rôle de deux soeurs qui intriguent pour gagner les faveurs du Roi anglais Henry VIII dans "The Other Boleyn Girl". La star latino Penelope Cruz vient avec "Elegy" d'Isabel Coixet, film tiré d'une nouvelle de Philip Roth.

Trois films français sont en compétition: "Il y a longtemps que je t'aime" de Philippe Claudel où Kristin Scott Thomas et Elsa Zylberstein jouent des soeurs séparées par un drame, "Lady Jane", un polar signé par Robert Guédiguian, et "Julia" d'Erick Zonca, inspiré du "Gloria" de Cassavetes et montré samedi.

Impressionnante dans un rôle inédit, très physique, qui selon certains pourrait lui valoir un prix, la Britannique Tilda Swinton y incarne une alcoolique qui kidnappe un enfant.

Michel Gondry, le plus américain des cinéastes français clôturera la Berlinale avec "Soyez sympas, rembobinez", l'une de ses fantaisies semées d'effets spéciaux bricolés artisanalement, montrée hors compétition.

Vingt-et-un films sont en compétition pour les Ours d'Or et d'Argent et cinq films figurent dans la sélection hors compétition:

- "Happy-Go-Lucky", de Mike Leigh (GB)- "Gardens of the Night", de Damian Harris (GB), avec John Malkovich- "Elegy", d'Isabel Coixet (Espagne), adapté d'un livre de Philip Roth avec Penelope Cruz, Ben Kingsley, Dennis Hopper- "Julia", d'Erick Zonca (France) avec Tilda Swinton- "Lady Jane", de Robert Guédiguian (France) avec Ariane Ascaride- "Il y a longtemps que je t'aime", de Philippe Claudel (France) avec Kristin Scott Thomas- "Caos Calmo", d'Antonello Grimaldi (Italie) avec Nanni Moretti- "Feuerherz" de Luigi Falorni (Italie)- "Kirschblüten - Hanami", de Doris Dörrie (Allemagne)- "Musta Jaä" (Black Ice) de Petri Kotwica (Finlande)- "There will be blood", de Paul Thomas Anderson (USA), avec Daniel Day-Lewis- "S.O.P. Standard Operating Procedure", d'Errol Morris (USA)- "Ballast", de Lance Hammer (USA)- "Lake Tahoe", de Fernando Eimbcke (Mexique)- "Tropa de Elite", de Jose Padilha (Brésil)- "Restless", d'Amos Kollek (Israël)- "Avaze Gonjeshk-ha" (The Song of Sparrows), de Majid Majidi (Iran)- "Bam gua Nat" (Night and Day), de Hong Sangsoo (Corée du Sud)- "Kabei - Our Mother", de Yoji Yamada (Japon)- "Sparrow", de Johnnie To (Hong Kong/Chine)- "Zou You" (In Love we Trust), de Wang Xiaoshuai (Chine)

HORS COMPETITION:

- Film d'ouverture: "Shine a Light", de Martin Scorsese (USA)- Film de clôture: "Soyez sympas, rembobinez", de Michel Gondry (France), avec Danny Glover, Mia Farrow, Jack Black- "Katyn", d'Andrzej Wajda (Pologne)- "Fireflies in the Garden", de Dennis Lee (USA), avec Julia Roberts, Willem Dafoe, Emily Watson- "The Other Boleyn Girl", de Justin Chadwick (GB), avec Natalie Portman, Scarlett Johansson, Eric Bana

Publié le: 07/02/2008 à 09:52:05 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La voix du chancelier Bismarck découverte sur un...

» "Sur la planche": l'énergie brute des "filles...

» Le musée Toulouse-Lautrec d'Albi, transformé, rouvrira...

» L'un des premiers opéras payants, "Egisto", pour la...

» Avec "Elles", Juliette Binoche s'expose et se dévoile

Suite »

Ressources web

» Ministère de la Culture

» Ministère de la Communication

» UNESCO Maroc

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz