Maroc

Portail Maroc

Edition: Michel Drucker condamné à indemniser Calixthe Beyala Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » People Monde » People
Edition: Michel Drucker condamné à indemniser Calixthe Beyala
PARIS (AFP) - L'animateur de télévision Michel Drucker a été condamné par la cour d'appel de Paris à verser 40.000 euros à Calixthe Beyala, pour n'avoir pas rémunéré l'écrivaine qui en 2006 avait écrit un livre à sa place, selon un arrêt rendu mercredi et consulté jeudi par l'AFP.
En juin 2005, un contrat de commande d'ouvrage avait été conclu entre Michel Drucker et les éditions Albin Michel, pour un livre d'entretiens où le présentateur télé devait répondre aux questions de Régis Debray. Un projet avait été rédigé mais l'ouvrage n'avait finalement pas été publié.

L'écrivaine française affirme avoir rédigé à la requête de son ancien compagnon les réponses aux douze questions de Régis Debray, mais n'avoir jamais reçu les 200.000 euros qu'il lui avait promis, selon elle.


Elle avait dit ne pouvoir fournir de contrat écrit attestant cet accord, "dès lors que la relation de concubinage qu'elle entretenait à l'époque avec Michel Drucker la plaçait dans l'impossibilité morale d'exiger de lui qu'il formalise par écrit son engagement."

En juin 2009, Mme Beyala avait été déboutée. Plus encore, le tribunal de grande instance de Paris l'avait condamnée à payer un euro à Michel Drucker pour procédure abusive.

Le tribunal avait reconnu la collaboration de Mme Beyala pour trois questions seulement sur les douze. Elle avait toutefois considéré que son travail, essentiellement "technique", n'était pas une "oeuvre originale" et à ce titre n'était pas susceptible de "protection par le droit d'auteur.

La cour d'appel a adopté une analyse diamétralement opposée. Elle a estimé que Calixthe Beyala avait bien "oeuvré à la composition du manuscrit", en répondant aux 12 questions posées et qu'elle était par conséquent "fondée (...) à se prévaloir de l'exécution d'une prestation au profit" de Michel Drucker.

D'ailleurs, rappelle la cour, Michel Drucker a reconnu au cours de la procédure "une collaboration spontanée" de Mme Beyala.

La cour d'appel a également reconnu que la "relation intime établie depuis plus de deux années" entre les deux parties justifiait que Calixthe Beyala se soit trouvée "dans l'impossibilité morale" d'exiger un contrat établissant sa rémunération.

M. Drucker devra verser à Mme Beyala 20.000 euros au titre de la prestation réalisée, 10.000 euros pour le temps qu'elle n'a pu ainsi consacrer à d'autres collaborations, ainsi que 10.000 euros de frais d'avocat.

"La Cour d'appel de Paris n'a pas fait droit à la demande de Mme Beyala qui réclamait 250.000 euros à M. Drucker. Elle a réduit à 20.000 euros ses prétentions, et 10.000 euros au titre du temps perdu", a réagi l'avocat de M. Drucker, Me Jean-Pierre Mignard.

Son client "estime que la Cour a dit le droit en reprenant une proposition de rémunération faite par son avocat il y a plusieurs années", et n'entend pas former de pourvoi en cassation, a-t-il ajouté.

Publié le: 13/01/2011 à 20:06:00 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Roger Moore et Brigitte Nielsen au Bal de l'Opéra de Vienne

» Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, va jouer dans...

» Stéphane Hessel, premier Prix Mychkine pour l'ensemble...

» Marina Vlady et Jean Becker honorés du prix Langlois

» Les Arts et Lettres pour Laetitia Casta, Claude Gensac...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2020 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz