Maroc

Portail Maroc

La duchesse Marie-Christine de Habsbourg, locataire dans son propre palais Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » People Monde » People
La duchesse Marie-Christine de Habsbourg, locataire dans son propre palais
ZYWIEC (Pologne) (AFP) - Après 60 ans d'exil en Suisse, la duchesse Marie-Christine de Habsbourg, 87 ans, vit seule dans un deux-pièces que la ville de Zywiec, dans le sud de la Pologne, a spécialement aménagé pour elle dans le vaste palais où elle a passé son enfance.
"Voilà, n'est-ce pas drôle? J'habite ici comme locataire dans mon propre palais", confie-t-elle en riant.

Une locataire des plus heureuses. "Je suis ravie d'être revenue là où je suis née, où j'ai vécu mon enfance", raconte cette femme très pieuse, vêtue de noir, dame d'honneur de l'Ordre de Malte.


Son retour a été possible seulement après la chute du communisme en Pologne il y a près de 20 ans. Les Habsbourg furent d'abord chassés du palais par les nazis pendant la Seconde guerre mondiale, puis par les communistes après 1945.

En 2001, la ville a invité la duchesse à venir vivre à Zywiec. Elle lui a proposé à vie un petit appartement dans ce qui fut à l'origine une salle de jeu, au rez-de-chaussée du palais. Clouée à une chaise roulante, elle peut ainsi profiter du parc.

"Quand la ville m'a proposé de revenir au palais, je n'ai pas hésité un seul instant. J'ai liquidé mon appartement en Suisse et je suis venue ici. Je suis très heureuse, on me traite comme une reine, une Habsbourg qui est complètement polonaise", dit-elle en français.

"Mon frère vit en Suède, ma soeur en Espagne, ils ont leurs familles là-bas et n'ont pas pu revenir", ajoute-t-elle.

"La famille n'a jamais cherché à récupérer ses biens et elle veut que le palais, qui abrite une école, continue à servir les habitants de Zywiec", précise Tomasz Terteka, porte-parole de la municipalité.

Rien à l'intérieur ne rappelle l'ancien faste. Pas d'antiquités, pas de tableaux, ni de souvenirs de famille. Tout juste des meubles simples, un buffet rustique dans l'appartement où deux chats et deux assistantes sociales tiennent compagnie à la duchesse.

Les ancêtres de Marie-Christine avaient progressivement pris possession de Zywiec au début du XIXe siècle, après les partages de la Pologne entre la Russie, la Prusse et l'Autriche, quand les Habsbourg régnaient sur l'empire austro-hongrois.

Avec le retour de la Pologne à l'indépendance en 1918, l'archiduc Charles-Stéphane, grand-père de Marie-Christine, a pris la nationalité polonaise, pouvant ainsi garder les biens familiaux. Des monarchistes lui ont même proposé le trône de Pologne.

Tout comme son grand-père, Marie-Christine se sent Polonaise: "Je ne suis pas Autrichienne. Ma langue maternelle n'est pas l'allemand, c'est le polonais", explique-t-elle.

Quand la guerre éclate en 1939, son père Charles-Albert, un officier de l'armée polonaise, refuse de se déclarer Allemand. Sa décision coûte cher à la famille: les nazis le déportent dans un camp de travail et confisquent le palais.

Cela n'empêche pas son épouse de rejoindre la Résistance polonaise et son fils d'intégrer l'Armée polonaise à Londres.

A la fin de la guerre, les Habsbourg de Zywiec, que les nazis considéraient comme Polonais, sont privés par les communistes de leur nationalité polonaise et chassés du pays en tant qu'aristocrates autrichiens. Le nouveau régime dépossède en 1947 les propriétaires terriens de leur biens immobiliers, et les industriels de leurs usines.

Mais les habitants de Zywiec n'ont pas oublié les mérites de la famille. Chaque anniversaire de Marie-Christine donne lieu à une grande fête.

"La duchesse est notre ambassadrice, elle est le symbole du patriotisme, d'attachement à cette terre et à la Pologne, un exemple à suivre pour nous tous", dit le maire de la ville, Antoni Szlagor.

Publié le: 07/01/2011 à 09:41:00 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Roger Moore et Brigitte Nielsen au Bal de l'Opéra de Vienne

» Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, va jouer dans...

» Stéphane Hessel, premier Prix Mychkine pour l'ensemble...

» Marina Vlady et Jean Becker honorés du prix Langlois

» Les Arts et Lettres pour Laetitia Casta, Claude Gensac...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2020 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz