Maroc

Portail Maroc

Château fermé à Champs: la capacité de l'Etat à entretenir son patrimoine en question Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Art / Culture Monde » Art / Culture
Château fermé à Champs: la capacité de l'Etat à entretenir son patrimoine en question
CHAMPS-SUR-MARNE (Seine-et-Marne) (AFP) - L'Etat a-t-il encore les moyens d'entretenir les fleurons de son patrimoine ? La question se pose, trois mois après l'effondrement d'une partie du plafond d'un salon du Château de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne), depuis fermé au public.
Le château, construit au XVIIIe siècle, propriété des ducs de La Vallière, lieu de résidence des chefs d'Etat étrangers de 1936 à 1974, haut lieu de tournage de films d'époque, a vu le 20 septembre vingt mètres carrés du plafond de son Salon chinois s'effondrer, sans faire heureusement plus de victime qu'un cache-pot en porcelaine de Sèvres du XVIIIe.

"Propriété de l'Etat, le château souffre d'un défaut récurrent d'entretien qui a valu à son possesseur de fermer ses portes au public", accuse le Conseil général, présidé par le socialiste Vincent Eblé.


Raccourci peut-être un peu hâtif, le plafond du Salon chinois ayant été victime de la mérule, un champignon dont la présence ne s'est "manifestée par aucun signe extérieur", se défend Dominique Cerclet, conservateur régional des monuments historiques.

Reste qu'il est fort probable que l'humidité ambiante du château, favorisée par le mauvais entretien général de l'édifice, ait favorisé le développement du champignon xylophage. "Le mastic des fenêtres ne tient plus, l'eau s'infiltre", concède Jean-Louis Charpentier, conservateur du château.

L'incident a en tout cas braqué les projecteurs sur le manque de financement dont souffre la bâtiment, aussi bien pour mener des travaux urgents que pour veiller à son entretien courant.

"Nous avons eu un début d'incendie en 1997, à cause d'un court-circuit électrique. Depuis 1998 nous attendons la réalisation de travaux, dont le coût a été évalué à 2,5 millions d'euros, et nous n'avons toujours pas de détection incendie, malgré la richesse de nos collections immobilières", constate M. Charpentier.

Dans le parc, seuls quatre hectares sur les 40 devant l'être ont été traités après des dégâts causés par la tempête de 1999. En se promenant, le visiteur constate la présence de nombreux arbres brisés et par encore déblayés.

Des tilleuls argentés pourrissent sur pied. "Tous les drainages sont à reprendre, les canalisations en grès cassent, l'évacuation des eaux ne se fait plus, du coup les arbres dépérissent", explique le conservateur.

"Pas un sou n'a été mis depuis des années, ça part en morceaux. Il y a une volonté très évidente de l'Etat de se désinvestir des richesses culturelles et historiques de notre patrimoine", fustige Maud Tallet, maire communiste de Champs, qui a ordonné la fermeture du château au public, conformément à un avis de la commission de sécurité.

La comtesse Josefina Cahen d'Anvers, seconde épouse du fils de Charles Cahen d'Anvers qui fit don du château à l'Etat en 1935, est également inquiète: "J'ai écrit en octobre au ministre de la Culture pour savoir ce qu'il comptait faire. L'Etat a les caisses vides et j'ai sollicité des mécènes pour qu'ils fassent des donations, mais si le château est fermé, cela complique les choses".

Dominique Cerclet assure que des expertises doivent être réalisées prochainement, qui permettront de savoir si le château peut être rouvert, Salon chinois mis à part. Les travaux d'électricité devraient en outre être financés sur les 140 millions de crédits nouveaux pour le patrimoine dont le Premier ministre Dominique de Villepin avait annoncé le déblocage le 15 septembre.

Publié le: 14/12/2006 à 10:37:47 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La voix du chancelier Bismarck découverte sur un...

» "Sur la planche": l'énergie brute des "filles...

» Le musée Toulouse-Lautrec d'Albi, transformé, rouvrira...

» L'un des premiers opéras payants, "Egisto", pour la...

» Avec "Elles", Juliette Binoche s'expose et se dévoile

Suite »

Ressources web

» Ministère de la Culture

» Ministère de la Communication

» UNESCO Maroc

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz